50.000 policiers et gendarmes mobilisés pour sécuriser les bureaux de vote et les "célébrations" pro-Macron ou Le Pen

PRÉSIDENTIELLE 2017 - Plus de 50.000 policiers, gendarmes et militaires de l'opération Sentinelle, dont 12.000 en agglomération parisienne, seront de nouveau déployés en France pour assurer la sécurité dimanche à l'occasion du second tour.

Comme lors du premier tour du scrutin, plus de 50.000 policiers et gendarmes seront engagés dimanche 7 mai, aux côtés des militaires de l'opération Sentinelle et des polices municipales, pour assurer la sécurité aux abords des bureaux de vote. Ainsi en a décidé le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, qui rappelle "que des consignes claires et précises ont été données aux préfets pour que le scrutin puisse se dérouler, sur l'ensemble du territoire, dans des conditions de sécurité maximales".


Concernant l'agglomération parisienne, "plus de 12.000 policiers et militaires" seront mobilisés, dont 5.000 effectifs spécifiquement dédiés à la sécurisation du scrutin et à la garantie de l'ordre public", a précisé la préfecture de police dans un communiqué.

Sécuriser les "célébrations"

Des forces de l'ordre seront également déployées pour assurer la sécurisation des "célébrations", rassemblements et manifestations qui se dérouleront à l'issue de la divulgation des résultats. Ainsi, une cellule de suivi sera, comme lors du premier tour, activée dans les locaux du ministère de l'Intérieur, place Beauvau, "de manière à adapter en permanence les dispositifs de sécurité et prévenir et contenir les éventuels troubles à l'ordre public qui pourraient survenir", a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet. Des unités de forces mobiles seront par ailleurs pré-positionnées sur le territoire de l'agglomération" et des arrêtés d'interdiction de séjour ciblés seront également pris par le préfet de Police Michel Delpuech.

Le soir du premier tour du scrutin, une manifestation de plusieurs centaines de jeunes "antifascistes" à Paris, "contre" Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qualifiés pour le second tour, avait été émaillée d'échauffourées avec la police. Six policiers et trois manifestants avaient été légèrement blessés et 143 personnes avaient été interpellées. Une quarantaine d'actions, rassemblant environ 2.000 personnes au total, s'étaient aussi tenues en province (Lyon, Bordeaux, Grenoble, Rouen, Toulouse, Rennes, Nantes), les plus importantes réunissant 300 personnes à Nantes et 250 à Toulouse, selon une source policière. C'est la première fois qu'une présidentielle se déroule sous état d'urgence, en vigueur depuis les attentats du 13 novembre 2015.

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le second tour de l'élection présidentielle 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter