Présidentielle 2017 : le vote momentanément interrompu à Besançon, Saint-Omer et Haguenau

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
DirectLCI
PRUDENCE - Dans deux bureaux de Besançon (Doubs), les opérations de vote ont été interrompues pendant près de deux heures dimanche matin, en raison de la présence d'un véhicule suspect devant le bâtiment. Après inspection, la piste terroriste a été rapidement évacuée. Même cas de voiture suspecte à Saint-Omer (Pas-de-Calais). A Hagueneau, en revanche, c'est une glacière qui a été à l'origine de l'alerte. Là encore, le vote a repris normalement.

Vu le contexte, l'affaire a été prise très au sérieux par les autorités, même si le retour à la normale est intervenu rapidement. Dimanche matin, à Besançon, dans le Doubs, les opérations de vote à la présidentielle ont brièvement été interrompues dans deux bureaux, fermés aux électeurs pendant près de deux heures. En cause, selon le récit fait par l'Est Républicain, une Peugeot 308 noire qui, peu avant 10 heures, "a déboulé et pilé à vingt mètres d'un bureau de vote". Laissant le moteur tourner, les deux occupants du véhicule ont alors pris la fuite.

Voiture suspecte : à Saint-Omer aussi

Rapidement sur les lieux, policiers et militaires de l'opération Sentinelle ont bouclé le quartier et ont inspecté la voiture. Pas de trace d'explosifs, mais, dans le coffre, un fusil à pompe a été découvert. La piste terroriste a rapidement été évacuée. Selon les tout premiers éléments de l'enquête, cette arme, sur laquelle de nombreuses empreintes ont pu être relevées, pourrait être en lien avec deux faits divers survenus dans la région la veille, et notamment avec le braquage d'un cabanon à pizza.


Dans les deux bureaux de vote concernés, après l'intervention du maire PS de Besançon, Jean-Louis Fousseret, les opérations de vote ont, elles, pu reprendre normalement aux alentours de 11h30.

Un cas de figure semblabe s'est produit à Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais. Sur la place de la Ghiere, une voiture immatriculée aux Pays-Bas stationnait portes et vitres ouvertes, rapporte France 3. Ne voulant prendre aucun risque, la préfecture a ordonné l'évacuation de deux bureaux de vote à proximité. Les services de déminage sont intervenus afin d'écarter tout danger. Vers 11h30, les opérations de vote ont pu reprendre normalement.


A Hagueneau, dans le Bas-Rhin, c'est un élement plus insolite qui a provoqué l'alerte dimanche matin : une glacière, située à une soixantaine de mètres de l'entrée du bureau de vote Bellevue, "de laquelle dépassaient des fils électriques", rapportent les Dernières nouvelles d'Alsace. Le bureau de vote a été évacué, de même que les commerces à proximité, et une équipe de démineurs est intervenue pour neutraliser l'objet "en utilisant un canon disrupteur, projetant de l'eau à haute pression", précise le journal. Il s'avère qu'il s'agissait au final d'une fausse alerte : la glacière était vide.

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle.


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter