Présidentielle 2017 : Hamon et Montebourg rejettent l'appel de Valls

Présidentielle 2017 : Hamon et Montebourg rejettent l'appel de Valls

RÉPONSE - Au lendemain du discours de Tours de Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont tenu à répondre à la demande de rassemblement du Premier ministre. Pour eux, l'unité n'est plus de mise.

Merci, mais non merci. C'est en gros ce qu'ont répondu Arnaud Montebourg et Benoît Hamon à la main tendue par Manuel Valls lors de son discours de Tours, samedi 22 octobre. Le Premier ministre appelait à l'unité et au rassemblement de la gauche afin de lui donner une chance d'emporter la présidentielle de 2017. "Qu'est-ce qui nous sépare ?", avait notamment interrogé le chef du gouvernement, directement aux candidats déclarés à la primaire socialiste de janvier.

Toute l'info sur

Elections présidentielles

Lire aussi

    Selon Benoît Hamon, la question est mal posée, d'où son rejet, dimanche, de cette main tendue. "La question n'est pas ce qui nous sépare, mais ce qui devrait nous rassembler", a-t-il ainsi déclaré sur C8. "Si on vient au pouvoir, ce n'est pas juste pour gouverner ensemble. Des questions centrales nous sont posées, le Front national est aux portes du pouvoir", a-t-il poursuivi avant d'estimer que l'appel à l'unité de Manuel Valls "est un peu court". Selon Benoît Hamon, "la gauche devrait améliorer la vie des gens", or "François Hollande les a rendus plus vulnérables".

    Pour le camp Montebourg, Manuel Valls est "grotesque"

    Dans le camp d'Arnaud Montebourg, on ne mâche pas non plus ses mots. François Kalfon, porte-parole du candidat, a dénoncé sur BFM TV un "appel grotesque", allant jusqu'à qualifier le discours de Manuel Valls de "candidature déguisée". Certains sondages faisant état d'une préférence pour un possible Manuel Valls président, plutôt qu'un François Hollande qui se représente.

    Sur Twitter, il persiste et signe, suggérant que l'allocution du Premier ministre n'était q'une simple "opération de communication" et que le candidat Montebourg souhaite une "primaire sincère". "C'est quand la maison brûle qu'on veut rassembler la famille, derrière qui ? Quel contenu ? Loi travail ou fin de l'austérité", a-t-il également commenté. 

    Lire aussi

      Si Benoît Hamon et Arnaud Montebourg ont rejeté l'appel de Manuel Valls, il en est un troisième qui n'a pas encore répondu au Premier ministre. Emmanuel Macron, candidat potentiel qui refuse toujours de dire si oui ou non il se lancera dans la bataille, reste pour l'instant silencieux. Cependant, rien n'indique que l'ancien ministre de l'Économie entendra le chef du gouvernement. Après tout, en août dernier, lors d'une visite au Puy du Fou, il avait déclaré que par souci "d'honnêteté", il se sentait obligé d'avouer : "Je ne suis pas socialiste."

      Lire aussi

        En vidéo

        Appel de Valls à Montebourg, Macron, Hamon: "qu'est-ce qui nous sépare ?"

        Sur le même sujet

        Les articles les plus lus

        EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

        Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

        "Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

        VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

        Zemmour candidat : plusieurs médias et personnalités dénoncent l'utilisation d'images sans autorisation

        Lire et commenter
        LE SAVIEZ-VOUS ?

        Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

        Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.