Présidentielle 2017 : "progrès" et "espérance", les deux promesses de Macron candidat

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DÉCLARATION - Dans son discours de candidature à la présidentielle prononcé à Bobigny ce mercredi, Emmanuel Macron a affirmé vouloir placer son projet "sous le signe de l'espérance". Il explique vouloir être le candidat du "progrès" contre ceux "qui proposent le repli, la guerre civile ou les recettes du siècle dernier".

Emmanuel Macron a rarement été aussi grave et solennel. Lors de son discours de candidature à l'élection présidentielle, prononcé ce mercredi 16 novembre à Bobigny, l'ancien ministre de l'Economie a dressé un constat sombre du pays. Mais il a affirmé que la France pouvait s'en sortir si elle choisissait un candidat qui lui permettait "d'avancer" et de retrouver le "chemin du progrès" -sous-entendu, lui.

Lire aussi

"Dans quelques mois, à l'occasion de l'élection présidentielle, une opportunité nous est offerte, celle de refuser enfin le statu- quo pour choisir d'avancer, parce que ce combat que nous devons livrer, pour faire réussir notre pays, il commencera en mai 2017. Pour le mener, la responsabilité du président de la République est immense et j'en suis pleinement conscient (...) C'est 

pourquoi je suis candidat à la présidence de la République" a déclaré l'ancien banquier de 38 ans.

En vidéo

Macron : "Je suis candidat à la présidence de la République"

"Je suis candidat à la présidence de la République parce que je crois plus que tout que nous pouvons réussir, que la France peut réussir". "Je veux faire entrer la France dans le XXIe siècle, je veux que mon pays redresse la tête et pour cela retrouver le fil de notre histoire millénaire" a affirmé Emmanuel Macron, qui refuse de subir le "repli, la guerre civile ou les recettes du siècle dernier" que proposent, selon lui, ses adversaires pour relever le pays. 

En vidéo

Macron : "Je veux faire entrer la France dans le 21e siècle"

Refus des vieilles recettes

Pour réussir, l'ancien membre du gouvernement  veut réengager la France sur la voie du progrès. "La France aujourd'hui est sortie du chemin du progrès. Le doute s'est installé. Depuis 40 ans, nous n'avons pas réussi à régler le problème du chômage de masse, la déprise des territoires, la langueur de l'Europe, les divisions internes. La France est bloquée par les corporatismes. Dans le fond, elle n'est plus à la hauteur de sa promesse."


Pour lui, la solution n'est pas à trouver dans les vieilles recettes, qui ne font qu'aggraver les choses. La "transformation que nous sommes en train de vivre, nous ne pouvons y répondre avec les mêmes hommes et les mêmes idées, parce qu'elle vient encore décupler nos faiblesses". 

Les relations internationales et le terrorisme peu abordés

Au cours de son discours, Emmanuel Macron a beaucoup abordé les thèmes sociaux et économiques, mais pas du tout les relations internationales et la lutte contre le terrorisme. Ces dernières thématiques ne sont pas ses points forts. Mais, surtout, cette omission permet au président du mouvement "En Marche !" de ne pas aborder de sujets anxiogènes qui divisent et font peur à la société.


Emmanuel Macron a aussi fait la part belle à la jeunesse. Tout d'abord par le lieu choisi : un centre de formation de Bobigny, ville de Seine-Saint-Denis, plus jeune département de France. Le désormais candidat à l'élection présidentielle veut s'appuyer sur ce symbole d'avenir pour renverser le système dont il ne veut pas et porter la "révolution démocratique" qu'il appelle de ses voeux. 

En vidéo

"Je suis convaincu que les uns et les autres ont tort" : Macron se pose en candidat du renouveau

En vidéo

Emmanuel Macron "parlera concrètement à chaque territoire et à chaque Français", promet Gérard Collomb

En vidéo

Emmanuel Macron candidat : "Son parcours de vie le rend légitime"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Lire et commenter