Présidentielle 2017 : 32% des Français ne savent toujours pas pour qui ils vont voter

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
INCERTITUDE - A neuf jours du premier tour, l'indécision règne, puisque, selon un sondage Odoxa pour France Info, publié vendredi 14 avril, 32% des électeurs ignorent encore pour qui ils voteront.

C'est un chiffre qui peut effrayer les candidats perchés sur leurs plus belles dynamiques ou égrener : 32% des électeurs ne savent toujours pas pour qui ils vont voter, à en croire une étude réalisée par l'institut de sondages Odoxa, vendredi 14 avril pour France Info. Un chiffre encore très élevé à près d'une semaine du premier tour, relève le sondeur, qui note toutefois que le niveau de certitude s'est élevé de onze points depuis sa dernière enquête sur le sujet, voilà trois semaines. Relativisons, enfin, en notant que, dans ce chiffre, la part des incertains absolus - qui n'ont même pas une hésitation entre deux candidats - a largement diminué, passant de 22% à 15%.

Indécision maximale à gauche

Reste qu'en l'état, ces 32% ne font pas les affaires des candidats de la gauche, qui sont les plus touchés par le phénomène. Et plus particulièrement Benoît Hamon, donné en-dessous des 10% dans les dernières études et dont 44% des électeurs interrogés dans l'étude admettent encore pouvoir changer d'avis d'ici le 23 avril. Le chiffre n'est pas bien meilleur pour Jean-Luc Mélenchon, chez qui 34% des électeurs potentiels ont encore des incertitudes.


En revanche, le potentiel semble s'être atténué dans les rangs des soutiens d'Emmanuel Macron, où l'on compte ainsi 78% d'électeurs sûrs de leur choix. Le candidat marcheur se rapproche ainsi de François Fillon (80%) et de Marine Le Pen (87%), dont les scores en la matière n'a jamais tellement varié. Rien de surprenant, donc, à ce que l'électorat le plus incertain se retrouve chez l'électorat du PS, tenaillé entre l'aile sociale-libérale du parti incarnée par Emmanuel Macron, celle, plus à gauche, tenue par Benoît Hamon et son aile dissidente, partie chez Jean-Luc Mélenchon.

Pour lever cette indécision, les électeurs comptent principalement sur les programmes des candidats pour se décider (63%). La tentation du vote utile, souvent guidée par les intentions de vote, reste toutefois présente chez l'électeur PS pour faire "barrage au Front national", avec 39% des personnes interrogées. Reste à savoir si cela favorisera Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon.

En vidéo

Présidentielle 2017 : une abstention à plus de 30%, c'est nouveau ? C'est grave ?

Pour ce faire, LCI vous propose de retrouver ci-dessous les principaux éléments de campagne pour vous y retrouver :

Enquête Odoxa pour franceinfo réalisée les 12 et 13 avril sur internet auprès d'un échantillon de 1001 personnes représentatif, dont 938 comptent aller voter à la présidentielle. Détail : 132 sympathisants de gauche hors PS, 118 sympathisants du PS, 178 sympathisants de droite hors FN, et 154 sympathisants du FN.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter