Sur LCI, Nathalie Arthaud compare Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon à "deux coqs dans un poulailler"

BATAILLE DE COQS - Invitée de LCI ce jeudi matin, la candidate Lutte ouvrière à la présidentielle a estimé que Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, qui n'arrivent pas à s'entendre et à trouver un accord, agissaient comme "deux coqs dans un poulailler". Elle a également expliqué que ni l'un ni l'autre ne défendaient l'intérêt des travailleurs.

Les avances de Benoît Hamon à Jean-Luc Mélenchon, refusées par ce dernier, ont alimenté les matinales politiques ce jeudi matin. Sur LCI, Nathalie Arthaud a elle aussi commenté cette union avortée entre les deux candidats de la gauche. "Je regarde ça de très loin. Ça, c’est les péripéties politiciennes, c’est la gauche gouvernementale qui a du mal à se mettre en rang. On voit qu’entre Hamon et Mélenchon les programmes sont très très similaires. La réalité, c’est qu’il y a deux coqs dans le poulailler", a-t-elle déclaré.

En vidéo

Question OFF : Nathalie Arthaud ne craint aucun des autres candidats à a présidentielle

"Jean-Luc Mélenchon ne représentera pas les intérêts des travailleurs"Nathalie Arthaud

La candidate LO, qui met dans le même panier et classe dans le camp des adversaires tous ceux qui ont gouverné et qui composent avec le capital, s'est ensuite montrée sévère avec le candidat de La France insoumise. "Jean-Luc Mélenchon ne représentera pas non plus, si jamais il était élu, les intérêts des travailleurs, pour la simple et bonne raison qu’il ne veut pas faire payer le grand patronat. Je l’ai entendu dire qu’il voulait augmenter le Smic, mais qu’il ne fallait pas que ce soit payé par le patronat", a-t-elle déclaré. "Si on n’est pas prêt aujourd’hui à faire payer la grande bourgeoisie qui prospère, ce grand capital (…), on se voue à renier le peu qu’on a promis aux travailleurs."


Nathalie Arthaud pense également qu'aujourd'hui, le clivage gauche/droite n'a plus lieu d'être. "Ça a été la grande escroquerie de faire croire aux classes populaires, des ouvriers aux chômeurs qui voulaient changer leurs vies, qu’ils étaient représentés par tous ces politiciens qui se mettaient l’étiquette de gauche. Pour moi, c’est qui est dans le camp des travailleurs et qui ne l’est pas."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter