De Macron ou Fillon, qui serait le plus pénalisé par une candidature de Bayrou ?

DirectLCI
CENTRE - Alors que la candidature de François Bayrou à l’élection présidentielle fait de moins en moins de doutes, Emmanuel Macron espère encore le dissuader. Le fondateur d’En Marche est en effet le candidat qui a le plus à perdre à voir le maire de Pau se lancer dans la bataille de l’Élysée.

François Bayrou sera-t-il candidat pour la quatrième fois à l’élection présidentielle ? Cette question aura (enfin) une réponse mercredi, puisque le maire de Pau doit dévoiler dans l'après-midi, lors d’une conférence de presse, sa décision de se lancer (ou non) dans la course à l’Élysée. 


Si le patron du Modem entretient le mystère depuis plusieurs semaines, c’est en raison du contexte particulièrement indécis dans lequel se déroule la campagne. Après avoir songé à un hypothétique retour d’Alain Juppé pour remplacer François Fillon, il s’est fait une raison et envisage plus que jamais d’être candidat. 


Si sa candidature n’est pas particulièrement plébiscitée par l’opinion (les sondages le créditent d’environ 5% à 6% des intentions de vote), elle ne l’est pas du tout par l’équipe d’Emmanuel Macron. En effet, la candidature Bayrou pourrait potentiellement nuire à celle du fondateur d’En Marche. 

"Sa candidature aide Fillon et c'est une mauvaise nouvelle pour Macron"

C’est en tout cas la conviction de plusieurs soutiens de François Fillon, qui eux ne redoutent pas la présence de François Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle. "Il prendra quelques voix centristes à Emmanuel Macron, peut-être aussi quelques-unes chez nous, mais plus chez Emmanuel Macron que chez nous", a déclaré ce mardi le député LR Dominique Bussereau sur France Info.

L’ex-compagnon de route de François Bayrou, Hervé Morin, y voit même une bonne nouvelle. "Sa candidature aide Fillon et c'est une mauvaise nouvelle pour Macron", a-t-il dit à l'AFP.

Collomb exhorte Bayrou à bien réflechir

Ce pressentiment est d’ailleurs confirmé par la dernière enquête du Cevifop. Si le maire de Pau décidait de ne pas se porter candidat, Emmanuel Macron recueillerait 23% et François Fillon 18,5% au premier tour. Mais en cas de candidature de François Bayrou, l’ancien ministre de l’Économie perdrait trois points et le candidat des Républicains seulement un.

 

Interrogée par LCI, la directrice de BVA Opinion, Adélaïde Zulfikarpasic, se montre plus nuancée. Elle juge que "l’éventuelle candidature de François Bayrou serait un tout petit peu plus préjudiciable à Emmanuel Macron qu’à François Fillon, mais c’est ténu. Nos enquêtes nous montrent qu’Emmanuel Macron fait deux points de plus dans les intentions de vote sans François Bayrou, contre un point de plus pour François Fillon".


Quoi qu’il en soit, le camp d’Emmanuel Macron appelle le président du Modem à bien réfléchir. Sur RTL ce mardi, Gérard Collomb l’a exhorté à renoncer. "J’espère que François Bayrou prendra la bonne position et qu’il dira qu’il soutiendra Emmanuel Macron. Si effectivement il annonçait demain : ‘j’y vais’, c’est le risque de faire en sorte qu’au deuxième tour, on ait un duel qui se termine par l’élection de Marine Le Pen. Et ça, ce serait une responsabilité historique", a lancé le sénateur-maire de Lyon.

Les deux hommes partagent pourtant de nombreuses convictions, ainsi qu'une volonté de casser le clivage droite-gauche, comme l’illustre la proximité de leur électorat. Mais à la veille de l’annonce de François Bayrou, l'hypothèse d'un ralliement du Béarnais s’avère de moins en moins probable. A moins que, face à la dynamique d’Emmanuel Macron et au désir profond des Français de renouvellement de la classe politique, le leader du Modem décide de reculer, s’évitant au passage une probable humiliation.

En vidéo

La vie de François Bayrou en 5 gifs

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter