Primaire à droite : le camp Fillon suspecte "des anomalies" dans un bureau de vote à Chateaurenard

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
SOUPÇONS DE FRAUDE - L'équipe de François Fillon a saisi la Haute-Autorité de la primaire à droite dimanche après avoir constaté des "anomalies" dans un bureau de vote des Bouches-du-Rhône. Le lieu de vote aurait ouvert plus tôt que prévu. Des "mensonges", selon le député-maire de Chateaurenard, Bernard Reynès.

On savait les soutiens de François Fillon particulièrement vigilants sur d'éventuelles irrégularités lors du premier tour de la primaire. Dimanche matin, l'équipe du challenger, et plus précisément sa cellule juridique, a saisi la Haute Autorité d'un cas relevé par les siens à Chateaurenard (Bouches-du-Rhône), fief du député-maire Bernard Reynès, soutien de Nicolas Sarkozy.


Selon une information de L'Obs, un assesseur représentant François Fillon n'aurait pas pu entrer dans le bureau vote pour y surveiller le déroulement du scrutin. En outre, le bureau de vote de Chateaurenard aurait ouvert à 7h50, soit dix minutes avant l'horaire réglementaire. 

Lire aussi

"Un mensonge"

Il y a deux jours, François Fillon s'était dit "inquiet" de possibles fraudes à la primaire, car "il y a un passif en la matière". Ses équipes ont largement diffusé un tract anti-fraude  auprès des militants afin de conjurer "une catastrophe", comme celle de l'élection à la présidence de l'UMP fin 2012, qui avait violemment opposé François Fillon et Jean-François Copé. 


Dans l'après-midi, Bernard Reynès s'est insurgé contre cette sortie des fillonnistes. Selon lui, l'individu concerné "ne s'est jamais inscrit comme assesseur ou référent" de François Fillon. 

De son côté, le partisan de François Fillon concerné, Jean de Suzzoni, s'est justifié sur son compte Facebook de l'alerte qu'il a faite à son équipe. Il a affirmé "ne pas comprendre" la décision prise par le président du bureau de le refuser comme assesseur.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter