Nadine Morano : "J'aurais trouvé élégant qu'Alain Juppé se retire au vu des résultats"

Nadine Morano : "J'aurais trouvé élégant qu'Alain Juppé se retire au vu des résultats"

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
LAISSE BETON - Ralliée à François Fillon, Nadine Morano a tiré à boulets rouge sur Alain Juppé, ce jeudi matin sur BFMTV. Pour la député européenne, le candidat, avec 16 points d'écart, aurait été mieux inspiré de se retirer après le premier tour.

Nadine Morano donne des cours d'élégance à Alain Juppé. Ce jeudi matin sur BFMTV, la députée européenne, fraîchement ralliée à François Fillon après la défaite de Nicolas Sarkozy, a attaqué sèchement le maire de Bordeaux qui aurait dû, selon elle, tirer les conclusions de ses 16 points de retard au premier tour.

J'aurais trouvé élégant de sa part qu'Alain Juppé, au vu de ses résultats, se retireNadine Morano

L'ancienne ministre rejoint ainsi les quelques voix qui, à droite, ont estimé que le candidat jugé le moins à droite sur l'échiquier de la primaire aurait dû abandonner la course après le séisme pro-Fillon. Un scénario que le maire de Bordeaux avait lui-même écarté ce dimanche soir après les résultats

Lire aussi

"Ses attaques sont ridicules"

Pour Nadine Morano, les attaques menées par Alain Juppé sur le thème du droit à l'avortement sont "ridicules". "On a l'impression qu'il tire ses dernières cartouches, mais il vise mal. François Fillon n'a jamais remis en cause le droit à l'avortement". 


Pour le reste, la député européenne fustige chez Alain Juppé "les accointances avec le centre" (sic), "sa politique migratoire et son déni sur l'islam radical". A l'opposé, elle chante les louanges de François Fillon, "clair et précis sur ses projets", "sérieux", porteur de "vraies valeurs", tout en reconnaissant quelques différences, comme sur la PMA et la GPA. "J'ai l'impression de retrouver la France", conclut-elle. 


Tout n'a pas toujours été si rose entre l'élue sarkozyste et l'ancien Premier ministre. En 2012, les deux responsables s'étaient violemment opposés sur le sujet sensible des discussions entre la droite et le Front national, après un canular téléphonique de Gérald Dahan se faisant passer pour le numéro 2 du FN, et dont elle avait été victime.

"Je n'ai de leçon à recevoir de personne, avait rétorqué à l'époque l'ex-ministre. Je ne suis pas sa collaboratrice et je ne suis même plus sa ministre donc je suis une responsable politique libre avec des convictions." Des "convictions" qui semblent les réunir à nouveau, cinq ans plus tard.

Lire aussi

En vidéo

François Fillon qui frôle avec le FN, "c'est juste un constat, c'est pas une attaque", selon Alain Juppé

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Lire et commenter