Quand François Fillon revoit (fortement) à la baisse le déficit public de la France

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

OPTIMISME - Dans son programme de candidat de la primaire, François Fillon tablait sur une forte hausse du déficit, à 4,7% en 2017. Mais pour atteindre l'équilibre en 2022, le candidat de la droite semble résolument plus optimiste. Dans un entretien au "Monde", il estime que ce déficit n'excédera pas 3,6% du PIB.

François Fillon, qui annonçait le pire durant la campagne de la primaire à droite, en novembre, est-il de plus en plus optimiste sur la situation de la France ? Dans un entretien au Monde, à la veille d'une visite à Berlin, le candidat de la droite livre un nouveau pronostic sur la situation de nos finances publiques. L'ancien Premier ministre, qui critique la situation "dégradée" dans laquelle s'achève le quinquennat socialiste, estime que "le déficit 2017 sera sensiblement au-dessus de 3%" du PIB. Puis il ajoute, concernant les années qui viennent : 

Je m'attends à ce qu'il atteigne 3,5 à 3,6% du PIB, très au-dessus des 2,7% annoncés [par le gouvernement]- François Fillon

"Ce déficit n'est pas le mien", prévient le candidat à la présidentielle, interrogé sur le risque que la France ne respecte pas ses engagements de 3% vis-à-vis de ses partenaires européens. "Un volume important de dépenses non financées ne prendra effet qu'en 2018, creusant encore le déficit". Et de rappeler l'objectif de son projet, qui vise à "corriger cela et être aussi proche que possible de 3% en 2018 avec un objectif zéro déficit en 2022". 

Un pronostic sérieusement revu à la baisse

Il y a encore deux mois, le candidat de la droite était beaucoup moins rassurant sur la situation des finances publiques, justifiant par ce diagnostic la nécessité de son programme "radical" d'économie sur les dépenses. En témoigne le cadrage de son projet de candidat à la primaire, qui faisait apparaître des chiffres nettement supérieurs. On y voyait les prévisions de déficit atteindre 4,7% en 2017, 4,5% en 2018, 3,5% en 2019, pour atteindre l'équilibre en 2022 :

Le candidat, à la différence de certains concurrents à l'époque, prévoyait même de creuser légèrement ce déficit public, baisses d'impôts obligent, le temps que ses mesures d'économies - avec notamment le plan de suppression de 500.000 fonctionnaires - ne se traduise concrètement. 

Avec ce nouveau pronostic, François Fillon se rapproche nettement des prévisions officielles du gouvernement, qui table sur un déficit contenu à 2,7% cette année. De quoi rassurer Bruxelles, mais peut-être aussi l'électorat français, auquel François Fillon a promis d'être "le candidat de la vérité". 

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter