Qui sont ces jeunes qui militent au Front national ?

Qui sont ces jeunes qui militent au Front national ?

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE - Avec la campagne des municipales, la section jeunesse de Nantes bleu marine s’active. Rencontre avec trois militants, qui seront sur la liste de Christian Bouchet, candidat FN aux municipales de Nantes.

Ils viennent de tous horizons. Leur point commun ? Pour eux, le Front national est le seul parti qui défende les "valeurs républicaines" et "restaure la grandeur de la France". Ces trois jeunes militants du FN se sont engagés sur la liste Nantes bleu marine de Christian Bouchet, candidat aux municipales.

Arnaud de Rigné, 18 ans, issu d'une famille de droite, a trouvé au sein du parti de Marine Le Pen des réponses aux problèmes de société tels que le communautarisme : "Je me suis intéressé à tous les partis, à ce qu'a fait Sarkozy lorsqu'il était Président, au bilan de Jean-Marc Ayrault à la mairie de Nantes. Pour moi, ils sont loin des préoccupations des Français." Cet étudiant en droit, secrétaire du FN Jeunesse pour la Loire-Atlantique, dit s'être engagé dans un parti qui n'est "pas démagogique, sans barons qui luttent pour leur place et qui laisse les jeunes accéder à des  responsabilités."

"Ce n'est pas un parti de fascistes"

A 26 ans, Nejma Drici est mère au foyer, sympathisante depuis 6 ans et encartée depuis juin dernier. Son choix a été "simple" : "Mon père, un immigré algérien, m’a toujours appris à respecter le pays qui nous avait accueillis", raconte-t-elle. Elle décrit le FN comme étant le seul "parti patriote" : "Il m’a accueilli à bras ouverts, ce n’est pas un parti de fascistes, contrairement à ce que l'on peut l’entendre. Je veux aider à le dédiaboliser." Et ce, même si cet engagement a fait l'effet d'une bombe dans sa famille : "Pour mes parents, je reniais mes valeurs. Ils ont tiré un trait sur moi. Mais ça n’a rien remis en question."

"On assume notre discours"

Gauthier Dano regrette, lui, "le lent déclin social, architectural et militaire de la France depuis de Gaulle, qui s’est accéléré sous Chirac, ainsi que la perte de valeurs aujourd’hui..." Pour ce créateur d’entreprise de 23 ans, qui a grandi auprès de parents sympathisants FN, "on est en train de détruire notre beau pays." 

Pour changer la donne, les trois jeunes militants suggèrent d'abord des mesures... symboliques : "Faire flotter le drapeau français dans les écoles, enlever l’étendard européen.. Les citoyens se sentiraient appartenir à une Nation, à une époque où l’individualisme est exacerbé." D'une seule voix, ils assurent que leurs idées sont de moins en moins taboues : "On assume notre discours, on n'a aucun mal à parler de nos idées. Les gens, déçus par l'UMP et le PS, viennent spontanément nous parler sur les marchés. Notre parti est social, représentatif de la population française."

Lire et commenter