Rama Yade sur LCI : "Je peux gagner cette élection présidentielle"

Rama Yade sur LCI : "Je peux gagner cette élection présidentielle"

CERTITUDES - Invitée politique de la matinale de LCI, Rama Yade a affirmé pouvoir gagner l’élection présidentielle, à laquelle elle se présente sans l’appui d'un parti politique majeur. Elle mise sur "l'authenticité" de sa candidature.

Rama Yade a beau ne pas pouvoir profiter du soutien d’un des "grands" partis politique français, elle n’en reste pas moins certaines d’avoir sa chance pour la présidentielle 2017. S’appuyant sur son mouvement "La France qui ose", la candidate affirme pouvoir s’installer à l’Elysée en mai prochain. "Je peux gagner cette élection présidentielle", a-t-elle affirmé ce vendredi sur LCI.

Pour cela, l’ex-secrétaire d’Etat (aux Affaires étrangères et Droits de l’Homme puis aux Sports) entend séduire "les oubliés de la politique". "L’élection se jouera sur l’authenticité", assure l'ancienne membre de l'UMP, du Parti radical et de l'UDI. "Les combats que l’on mène doivent vous ressembler". La candidate, qui estime avoir par promesse deux tiers des 500 parrainages nécessaires, revendique ainsi de pouvoir parler "de la jeunesse, des femmes, des entrepreneurs, des territoires malmenés. La France dissidente fait écho en moi", lance-t-elle.

Je veux convaincre les électeurs du Front National de me rejoindre- Rama Yade

Rama Yade espère même gagner le vote des sympathisants frontistes. "Nous sommes en train d’opérer une recentralisation du pays. Il y a une France des oubliés, on crée une nouvelle société du tiers état", critique-t-elle. C’est donc avec le soutien (espéré) de cette "France des oubliés" que Rama Yade compte remporter le scrutin présidentiel.

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 patients en réanimation quasiment atteint

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Vers un déconfinement territorialisé en mai ?

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

Lire et commenter