Rassemblement à gauche : où en est Benoît Hamon de ses discussions avec Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ?

Rassemblement à gauche : où en est Benoît Hamon de ses discussions avec Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ?

L'UNION FAIT LA FORCE - La gauche le sait, pour avoir une chance de figurer au second tour de l’élection présidentielle, elle doit se rassembler. Mais derrière et avec qui ? Si Benoît Hamon et Yannick Jadot sont sur le point de trouver un accord, les discussions patinent et n’aboutiront probablement jamais avec Jean-Luc Mélenchon.

A neuf semaines du premier tour de l’élection présidentielle, le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a prévenu : la gauche doit se rassembler autour de Benoît Hamon (en avance sur Jean-Luc Mélenchon dans les sondages actuels, ndlr) sous peine d’être éliminée du second tour de la présidentielle. 

Alors on fait le point sur les discussions du candidat socialiste avec ses adversaires de la gauche et de l’extrême-gauche ? 

Toute l'info sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Avec les Verts, l'alliance est imminente

Benoît Hamon et Yannick Jadot discutent depuis plusieurs semaines. Ils ont même déjeuné ensemble ce lundi à Paris, signe d'un réchauffement climatique probant entre les deux hommes. Ils le répètent depuis plusieurs jours et l’ont de nouveau affirmé aujourd’hui : un accord est proche. Celui-ci irait plutôt dans le sens d’un retrait du candidat écologiste en faveur de Benoît Hamon. 

Des membres d’EELV ont confié à LCI que la rencontre entre les deux hommes avait été "constructive" et "studieuse" mais que l’accord n’avait pas encore été conclu. "Nous rencontrerons le Parti de gauche ce lundi soir et le PCF mardi. Nous reverrons l’équipe de Hamon certainement demain après-midi. Nous avons un texte, une idée de texte que nous nous envoyons, qui fait des allers-retours entre les deux équipes avec en face la date de réalisation, de mise en œuvre de telle ou telle mesure." 

Au menu des discussions : les termes d’une sortie du nucléaire, l’introduction d’une dose de proportionnelle, la répartition des circonscriptions pour les législatives. Les dirigeants d’EELV espèrent conclure un accord d’ici mercredi ou jeudi, de manière à constituer leurs troupes dans la foulée. Benoît Hamon s’est lui aussi montré satisfait des échanges. "J’ai confiance dans le fait que nous travaillons bien, avec beaucoup d’intensité et ce sera parfaitement transparent" a déclaré le vainqueur de la primaire de la gauche.

En vidéo

Benoît Hamon : "J'ai confiance dans le fait que nous travaillons bien"

Avec Mélenchon, c'est une tout autre histoire

"En vrai, on n'a jamais commencé à discuter sérieusement avec Jean-Luc Mélenchon" avouait un proche de Benoît Hamon à Reuters. S'ils ont de nouveau prévu de se parler cette semaine, les chances d'accord sont quasi-nulles tant semblent éloignées les positions entre ces deux hommes qui n'ont clairement aucune intention de retirer leur candidature. Selon le candidat de la France insoumise, le socialiste a "fait toute une campagne sur le thème 'moi, je parlerai à tout le monde, j'appellerai Jean-Luc Mélenchon le lendemain' de la primaire. Cela fait trois semaines, ça va ! C'est moi qui ai dû dire qu'il fallait arrêter la comédie" a expliqué celui qui estime avoir fait le pas nécessaire à l'ouverture d'une discussion en envoyant un courrier à Benoît Hamon jeudi dernier.

Les deux hommes auront également du mal à s'accorder sur le fond. Jean-Luc Mélenchon demande notamment à son adversaire des garanties sur la stratégie européenne et le retrait de ministres ayant participé au quinquennat de François Hollande  pour les législatives (notamment Myriam El Khomri). Ils n'ont pas non plus la même vision du travail, Jean-Luc Mélenchon ne partageant pas l'idée de revenu universel prônée par Benoît Hamon. 

Lire aussi

L'hésitation des communistes

Enfin, le Parti socialiste espère toujours recueillir le soutien des communistes. Le 14 février dernier, 600 responsables du PCF ont signé une tribune dans laquelle ils demandent à revoir la stratégie du parti, et plaident pour une candidature commune pour la présidentielle. Les communistes n'arrivent pas à se mettre totalement d'accord avec Jean-Luc Mélenchon, et ne digèrent pas que leurs candidats puissent affronter ceux de la France insoumise aux législatives. Mais si une partie des élus PCF poussent à discuter avec Benoît Hamon, au moins autant ne veulent pas entendre parler du PS.

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Covid-19 : deux premiers cas de variant Delta détectés à Mayotte

Quarantaine pour les Français vaccinés en Angleterre : Beaune juge la mesure "discriminatoire"

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 8e, après une belle journée en argent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.