Régionales 2015 : âge, sexe, métier, qui sont les 21.456 candidats ?

Régionales 2015 : âge, sexe, métier, qui sont les 21.456 candidats ?

DirectLCI
LA CAMPAGNE EN CHIFFRES – Le ministère de l’Intérieur a publié la liste de tous les participants à la campagne des régionales. Metronews vous en présente les principaux enseignements.

Qui sont les candidats aux élections régionales ? A quelques jours du premier tour, qui se déroulera le 6 décembre prochain, le ministère de l’Intérieur vient de publier sur son site la liste détaillée des 21.456 inscrits, qui se disputeront les 1910 sièges en jeu. Metronews s'est plongé dans ce document pour dresser un panorama des participants.

EN SAVOIR + >> Retrouvez tout notre dossier consacré aux élections régionales

Une campagne qui fait la part belle aux seniors
Premier élément notable, les candidats aux élections régionales sont plutôt âgés. En moyenne, ils approchent de la cinquantaine. A peine 10% d'entre eux sont âgés de moins de 30 ans, tandis que plus d'un sur quatre a déjà fêté ses 60 ans. Autre symbole de ce choc générationnel, on compte 6740 candidats retraités, contre 808 étudiants.

La liste établie par le ministère de l’Intérieur révèle quelques disparités importantes : le plus jeune inscrit, candidat du Front national en Normandie, n'a même pas 18 ans à l'heure de la publication de cet article et les aura depuis sept jours au soir du premier tour, le 6 décembre. A l'opposé, le candidat le plus vieux, lui, est âgé de 94 ans et est inscrit sur une liste d'extrême droite en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Des professions très diverses
Difficile de brosser le portrait de l'activité des candidats, tant les métiers recensés sont nombreux. Du corps professoral aux chefs d'entreprise en passant par les médecins, architectes et autres marins, on en dénombre 66. Les plus nombreux sont incontestablement les employés et ouvriers, qui sont un peu plus de 3600, suivis des enseignants (2124) et des fonctionnaires (2037). A l'opposé, les professions les moins représentées sont les huissiers (3 inscrits), les ministres du culte (4) et les magistrats (8).

Les femmes ont encore du mal à s'imposer
Malgré l'obligation de déposer des listes strictement paritaires, force est de constater que les femmes jouent toujours les seconds rôles. D'abord, du fait du nombre impair de candidats sur certaines listes, elles sont 242 de moins à prendre part au scrutin. Mais surtout, la vaste majorité des têtes de listes a été attribuée aux hommes : sur 171 listes présentées toutes régions confondues, 134 sont dirigées par des hommes, contre seulement… 37 attribuées à des femmes.

A LIRE AUSSI
>> FN, PS, LR, trois techniques pour faire campagne en temps de guerre
>> Les élections régionales, comment ça marche ?
>>
Une région, à quoi ça sert ?

Sur le même sujet

Lire et commenter