Régionales 2015 : en Grand Est, la liste de Jean-Pierre Masseret en sursis

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
DirectLCI
SUSPENSE - Alors que Florian Philippot, candidat FN, est arrivé en tête du premier tour des régionales dans le Grand Est, le Parti socialiste, en troisième position, a appelé au retrait de sa liste pour faire barrage au parti d'extrême droite. Mais la tête de liste socialiste, Jean-Pierre Masseret, défie la direction et maintient sa candidature. Qui pourrait tomber en cas de désistement massif de ses colistiers. Metronews fait le point.

Les élections régionales tournent au psychodrame en Grand Est pour le PS. Alors que le FN est arrivé en tête des suffrages au premier tour, la rue de Solferino voulait retirer sa liste pour faire barrage au parti d'extrême droite et éviter une triangulaire perdante. Mais c'était sans compter sur la détermination de la tête de liste locale, Jean-Pierre Masseret, décidé à combattre le FN - quitte à le faire gagner - contre la ligne décidée par le parti.

EN SAVOIR + >> Philippot loin devant en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne

La liste PS pour le second tour a été déposée lundi après-midi en préfecture, après l'avis favorable de la majorité des têtes de liste départementales. Toutefois, et même si ce n'est pas une obligation légale, l'ensemble des 189 colistiers n'a pas été consulté. "Je serai accusé de tous les maux, mais je suis ferme sur mes convictions", a assuré Jean-Pierre Masseret, qui espère obtenir quelques sièges au conseil régional. "C'est l'affrontement avec le FN qui fera reculer ce parti, pas l'évitement ! L'évitement a toujours conduit à plus de FN", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion à son QG en Moselle. "Nous considérons que les électeurs de gauche qui se sont exprimés ont besoin demain d'être représentés dans la nouvelle assemblée territoriale", a ajouté l'ex-sénateur de Moselle, à la tête du conseil régional de Lorraine depuis 2004.

La liste tombera-t-elle d'elle-même ?

Mais, dans cette affaire qui tient en haleine tout le pays, la messe n'est pas encore dite. Invité lundi soir sur le plateau de TF1, Manuel Valls, appelant à voter Les Républicains, a publiquement demandé à Jean-Pierre Masseret de ne "pas s'accrocher" et d'"être digne" en se retirant du second tour des régionales face à la menace FN. "C'est une décision du bureau national (du PS de dimanche soir, ndlr). Il devra la respecter. Point", a, pour sa part, insisté Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti, refusant au récalcitrant l'investiture du parti.

EN SAVOIR + >> Valls appelle à voter à droite pour contrer le FN

la pression est forte, mais elle ne fait pas ciller Jean-Pierre Masseret, qui a confirmé ce mardi matin sa volonté d'aller jusqu'au bout de sa démarche. Seul risque pour lui : qu'avant 18 heures (heure limite de dépôt des candidatures), la majorité de ses colistiers indique sa volonté de ne plus figurer sur la liste, qui tomberait alors d'elle-même. Pour l'heure, seules quelques uns d'entre eux - interdits par le code électoral de se retirer à titre individuel - se sont désolidarisés de la stratégie de Jean-Pierre Masseret. Pour les autres, qui seraient collectivement tentés de faire de même, il ne reste plus que quelques heures pour agir.

EN SAVOIR +
>> Qui est Jean-Pierre Masseret, le socialiste qui défie le PS ?

À LIRE AUSSI
>> Suivez les dernières infos sur les régionales en direct

>>
Les journalistes font-ils le jeu du FN ?
>>
Notre dossier complet sur les élections régionales

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter