Régionales 2015 : Hollande, lui, serait content des résultats du premier tour

Élections Européennes 2019

ENTRE-DEUX-TOURS – En coulisses, affirme Europe 1 mardi 8 décembre, le chef de l'Etat trouve de bonnes raisons d'être content de ce premier tour. Selon un confidentiel de la station, il en tire même un enseignement "plutôt positif pour lui".

Certes, le PS a limité les dégâts et Nicolas Sarkozy apparaît comme l'un des grands perdants du premier tour des régionales. La gauche peut-elle pour autant se réjouir de son score dans ces élections ? Oui, pour François Hollande. Europe 1 affirme ce mardi matin qu'il le juge en coulisses "plutôt positif pour lui".

"Si le Front National gagne des territoires, ce sera la faute de Sarkozy"

Le chef de l'Etat, silencieux depuis dimanche pour rester au-dessus de la mêlée en plein état d'urgence, aurait noté devant ses conseillers que "la gauche pouvait conserver cinq ou six régions, quand la droite, elle, n'a aucune certitude d'en arracher une". Le PS, qui a impulsé la stratégie du retrait du candidat PS dans les régions où le parti est arrivé en troisième position, serait prêt à en sacrifier trois (le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes) "pour permettre aux autres de faire campagne sur la position morale".

EN SAVOIR + 
>>
Elections régionales 2015 : les enseignements du premier tour, région par région
>>
Régionales 2015 : "La bipolarisation de la vie politique française est bel et bien morte"
>>
EN DIRECT - Suivez en direct le mardi de l'entre-deux tours

Dans sa ligne de mire, 2017 : "Il lui semble impossible de faire gagner la gauche s'il porte le boulet d'avoir fait gagner l'extrême droite". Un proche du chef de l'Etat cité par Europe 1 résume son état d'esprit avant le second tour : "Si on garde plus de régions que prévu, ce sera grâce à lui. Si le Front national gagne des territoires, ce sera la faute de Sarkozy. Et nous n'aurons pas besoin de le dire, ses amis Fillon et Juppé se chargeront de le faire pour nous". L'ancien premier secrétaire du Parti socialiste, roi de la synthèse et fin politique, n'est décidément jamais loin du chef de l'Etat.

Sur le même sujet

Lire et commenter