Régionales 2015 : qui est Jean-Pierre Masseret, le socialiste qui défie le PS ?

Régionales 2015 : qui est Jean-Pierre Masseret, le socialiste qui défie le PS ?

DirectLCI
FRONDEUR – Le candidat socialiste a annoncé lundi qu'il refusait de se retirer au profit de la droite dans le Grand Est, où le FN Florian Philippot est largement en tête. Voici 3 choses à savoir sur ce candidat rebelle.

 Il aime le franc-parler
Surtout connu des électeurs de Lorraine - il est le président sortant du conseil général de cette région -, Jean-Pierre Masseret l'a prouvé lundi matin : il ne mâche pas ses mots. A l'issue d'une longue réunion avec ses colistiers, le candidat PS dans le Grand Est a renvoyé tout l'état-major du PS dans ses cordes. Hors de question, pour lui, de retirer sa liste au profit de la droite. "Ce sera difficile, je serai accusé de tous les maux, mais je suis celui qui tient ses engagements", a-t-il martelé à l'adresse du patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis. "C'est l'affrontement avec le FN qui fera reculer ce parti, pas l'évitement. L'évitement a toujours conduit à plus de FN".

Jean-Pierre Masseret, qui aime préciser qu'il n'est "pas un technocrate", joue la carte du parler vrai. Ça se voit sur sa profession de foi  : "J'en ai assez, avec mes amis de la gauche, d'être le bouc émissaire commode de tout ce qui va mal", écrit-il aux électeurs de l'Est. Avant de déclarer, à rebrousse-poil : "Je ne vous fais aucune promesse autre que celle de travailler durement et elle sera tenue car elle ne dépend que de nous. Pas de promesses longues comme le bras, il est hors de question pour nous de jouer les Pères Noël avant l'heure".

EN SAVOIR +
>> Régionales : Jean-Pierre Masseret dépose sa liste lundi après-midi >> Régionales 2015 : tous les résultats du premier tour

>> Tous les résultats en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne

 Il aime courir longtemps
Coureur de fond confirmé, Jean-Pierre Masseret a été plusieurs fois "champion de Lorraine" des 5.000 mètres, 10.000 mètres et 20 km marathon, indique-t-il dans sa bio. Il a aussi présidé la Ligue lorraine d'athlétisme et "a participé au lancement du premier marathon de Metz", dont la 6e édition s'est déroulée le 9 octobre dernier. De quoi lui permettre de rattraper en quelques foulées bien senties les 20 points qui le séparent de Florian Philippot ?

 Il aime affronter le FN
Jean-Pierre Masseret, 71 ans, a été en 1983 le plus jeune sénateur de France dans son département de Moselle. Un rôle qui échoit aujourd'hui, ironie de l'histoire, au frontiste David Rachline. Elu local depuis 1979, il a également été le maire d'Hayange (1995-1997), commune conquise… par le FN Fabien Engelmann en mars 2014. Autant dire qu'il a quelques raisons personnelles et politiques de souhaiter sa revanche sur l'extrême droite. En 1997, Lionel Jospin l'a nommé secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants, fonction ministérielle où il œuvrera notamment à la construction du "devoir de mémoire", à une époque où Jean-Marie Le Pen, alors patron du FN, multipliait les propos négationnistes.

"Il n'y a pas besoin d'être français pour verser son sang pour la France", disait-il alors à Libération . "Croire aux valeurs de la République, d'égalité, de fraternité et de liberté suffit. Rappeler une évidence, c'est aussi un moyen de lutter contre le Front national". Près de 20 ans plus tard, le candidat socialiste n'hésite jamais à invoquer ces valeurs dans son combat contre Florian Philippot.

Plus d'articles

Lire et commenter