Régionales : Pour Luc Chatel, il n'y aura pas de front républicain

Régionales : Pour Luc Chatel, il n'y aura pas de front républicain

DirectLCI
CAMPAGNE ELECTORALE – Luc Chatel, conseiller politique de Nicolas Sarkozy, a assuré mardi matin que les "différends majeurs" entre droite et gauche ne permettaient pas d'envisager un front républicain contre le FN.

Faut-il un Front Républicain avec la gauche pour battre le Front national ? "Non", a répondu mardi matin Luc Chatel, conseiller politique de Nicolas Sarkozy. Interrogé sur France 2, l'ancien ministre de l'Education nationale a estimé qu'il ne fallait pas envisager de désistements des candidats de droite ou de gauche au soir du premier tour, alors que les différends avec le Parti socialiste sont "majeurs".

A l'heure actuelle, les sondages donnent l'extrême droite favorite dans deux régions : dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où Marine Le Pen est tête de liste pour le Front national, et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, où sa nièce Marion Maréchal-Le Pen conduit la liste du parti. Mais la menace ne justifie pas que droite et gauche fassent front commun, estime Luc Chatel. A gauche, "ils augmentent les impôts, nous voulons contenir la dépense publique. Nous sommes en faveur de l'apprentissage, ils ont diminué le nombre d'apprentis. Ils sont pour l'augmentation des dépenses de fonctionnement, nous sommes pour l'augmentation des dépenses d'investissement. (…) Nous avons des différends majeurs. Donc, faire illusion au soir d'un premier tour en disant qu'on est d'accord sur l'essentiel, ça me semblerait le pire des messages à adresser à nos concitoyens."

EN SAVOIR +
>> Retrouvez tout notre dossier consacré aux élections régionales
>> Retrouvez les résultats des régionales sur notre page spéciale

"Je regarde les actes du Front national"

Au reste, pour le conseiller politique de Nicolas Sarkozy, la victoire du Front national dans les deux régions où il est en tête est loin d'être acquise : "Aux élections départementales, on expliquait que le Front national allait remporter une dizaine de départements, ça n'a pas été le cas", rappelle-t-il. "J’entends les discours du Front national sur la sécurité mais  je regarde les actes du Front national. Que par exemple les députés du FN n'ont pas voté la loi renseignement que nous-mêmes nous avons voté dans un esprit d'union nationale pour améliorer la sécurité des Français."

A LIRE AUSSI
>>
Ce que disent les sondages à une semaine du premier tour
>>
En PACA, une élue de gauche appelle à voter à droite dès le premier tour
>>
Les artistes à Marine Le Pen : "Tout est incompatible entre nous"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter