Régionales : Valls oppose le vrai "patriotisme" à la "supercherie" du FN

Régionales : Valls oppose le vrai "patriotisme" à la "supercherie" du FN

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE - Manuel Valls a défendu jeudi soir à Paris, lors de son unique meeting d'avant premier tour des régionales, la République et le vrai "patriotisme" contre la "supercherie" du FN en position d'emporter sa ou ses premières régions françaises dimanche.

La campagne pour les régionales est terminée et Manuel Valls a sorti la sulfateuse ce jeudi 3 décembre; alors que le FN est en position de remporter ses premières régions. Venu à Paris en soutien à Claude Bartolone, le Premier ministre Manuel Valls y a défendu, lors de son unique meeting, la République et le vrai "patriotisme" contre la "supercherie" du FN.

La patrie et le drapeau

Dans une région Ile-de-France meurtrie par les attentats du 13 novembre et où le FN rêve d'une percée, le Premier ministre était venu soutenir sa tête de liste socialiste, à la peine dans les sondages. "Dimanche, revendiquons ce joli mot de patriotisme, que certains confondent encore avec le nationalisme", a lancé Manuel Valls, dont le discours distribué à la presse était intitulé "Bleu. Blanc. Rouge". Une référence aux trois couleurs du drapeau français mais aussi un slogan revendiqué du FN.

A ce patriotisme affiché par le parti de Marine Le Pen, le Premier ministre a opposé "notre patriotisme, ce patriotisme généreux, celui de la Révolution française et de nos valeurs", dans une salle où flottaient de nombreux drapeaux français. Il s'en est de nouveau pris aux "supercheries" du FN : "supercherie en matière de sécurité", "supercherie économique", "supercherie sociale".

Le FN à 28% d'intentions de vote au premier tour

Le Premier ministre a de nouveau appelé les électeurs à la participation, alors que le PS espère dans les derniers jours d'une campagne raccourcie par les attentats remobiliser ses électeurs. Peu probable sans être impossible, la réussite de Claude Bartolone constituerait pour le PS une importante victoire politique et symbolique. La rue de Solférino table plutôt sur la conservation de trois régions : Bretagne, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

En forte hausse depuis les attentats de novembre, le FN est désormais crédité dans les sondages de 28% d'intentions de vote au premier tour, au coude à coude avec les Républicains alliés au centre et loin devant le PS, à 22-23%.

En Ile-de-France, les derniers sondages placent systématiquement le PS derrière la tête de liste de la droite et du centre Valérie Pécresse au second tour, mais avec un écart qui tend à se réduire (39 contre 37% dans un sondage Ifop lundi). Le FN est lui crédité de 24%. Après avoir interrompu sa campagne jusqu'à l'hommage national rendu la semaine dernière aux 130 victimes des attentats, le président de l'Assemblée nationale l'a reprise tambour battant, avec l'espoir de bénéficier du bond de popularité du chef de l'Etat dans la dernière ligne droite de la campagne.

EN SAVOIR +
>> Interview vidéo - Pécresse : "La gauche, c'est le matraquage fiscal"
>> Claude Bartolone : "Voter pour montrer qu'on aime la République"

A LIRE AUSSI >> Le FN pourrait gagner quatre régions selon un sondage

Sur le même sujet

Lire et commenter