Non, les prières de rue ne sont pas interdites en France mais...

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

La chasse aux intox

LAÏCITÉ - Lundi matin sur Europe 1, Marine Le Pen a déclaré que les prières de rue étaient interdites en France, jugeant "scandaleux" les événements de Clichy-la-Garenne. Mais la candidate se trompe. Prier dans la rue n’a jamais été illégal dans notre pays, bien qu'il y ait une condition.

Depuis plusieurs jours, les habitants de Clichy-la-Garenne dans les Hauts-de-Seine protestent contre la fermeture de leur salle de prière. Ils organisent notamment des prières dans la rue, n’ayant plus de lieu où se réunir. 

Invitée à réagir à ces événements dans la matinale d’Europe 1 lundi, Marine Le Pen, candidate du Front national, a affirmé que les prières de rue sont prohibées en France, et que par conséquent, "il faut faire respecter la loi". Sauf qu’il n’existe pas de loi en matière de prière de rue, et pour cause, ces dernières ne sont pas interdites en France. 

Lire aussi

"Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses"

D’après la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, qui figure dans le préambule de la Constitution, nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. La liberté de conscience garantit donc le droit de prier dans la rue. La seule limitation à ce droit concerne le possible trouble à l’ordre public qu’elles pourraient constituer, comme par exemple l’obstruction non autorisée d’une voie de passage.

La question des prières de rue avait déjà agité l’actualité pendant l’été 2011. A l’époque, c’était la fermeture d’une mosquée dans le quartier de la Goutte d’or, dans le 18e arrondissement de Paris qui avait poussé les fidèles à prier dans la rue en attendant la fin des travaux d’une nouvelle salle de prière.

Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur, avait déclaré que les prières de rue allaient être interdites. Une date avait même été fixée pour y mettre fin : le 16 septembre 2011. Pourtant, ce jour-là, la loi n’a pas changé, comme l’avait indiqué aux Inrocks la préfecture de police : "Certe, il y a un trouble à la circulation et à l’ordre public, mais aucune législation spécifique concernant la prière dans la rue, qui n’est donc pas illégale". Un compromis avait simplement été trouvé avec les associations musulmanes pour déplacer les fidèles. Résultat, le fait de prier dans la rue est toujours autorisé à ce jour.

Et aussi

Lire et commenter