Remaniement : la fronde de certains députés PS s'organise

Remaniement : la fronde de certains députés PS s'organise

DirectLCI
POLITIQUE - Quatre courants du Parti socialiste donnent rendez-vous aux députés à l'Assemblée pour demander "une réorientation" de la politique menée. Le porte-parole du groupe évoque pour sa part "une rouste".

"Le collectif fonctionne mal. En plein désert, on serait incapable de vendre une bouteille d'eau". Thierry Mandon file la métaphore pour résumer la Bérézina dans ses rangs. Le porte-parole des députés PS l'assure : François Hollande est "contraint" d'effectuer un "changement d'équipe aujourd'hui (ndlr : lundi)". Un sentiment partagé par de nombreux élus PS, bien décidés à mettre la pression sur le chef de l’Etat à l'heure où se profile un remaniement.

Quatre courants du Parti socialiste ont en effet donné rendez-vous aux députés à l'Assemblée, ce lundi, pour demander "une réorientation" de la politique menée et aborder la question de la confiance au prochain gouvernement. Parmi eux : "La gauche durable", "Maintenant la gauche", "Un monde d'avance" et "La gauche populaire". Selon certains membres de ces collectifs, l'objectif est d'appeler les députés de "tous les horizons" à ce rendez-vous pour décider d'initiatives après l'échec cuisant de la majorité aux municipales. Des députés, mais aussi François Hollande lui-même.

Un "recentrage" de la politique menée

"Nous adresserons au président de la République des propositions pour la deuxième étape du quinquennat" avec au centre des discussions "les orientations politiques", a déclaré Christian Paul, député de la Nièvre (Gauche durable), favorable à un "recentrage" de la politique sur l'investissement. Faut-il y voir le début d'une fronde ? Les intéressés s'en défendent. "Ce n'est pas un chantage, mais après ce sinistre politique majeur (qu'ont été les municipales, ndlr), la confiance n'est pas automatique", a assuré Christian Paul.

"Ce serait incompréhensible d'attendre après une telle rouste", a abondé Thierry Mandon. Pour le député de l'Essonne sur RMC, "la ligne de crête est très étroite entre une politique de renforcement des entreprises qu'il faut continuer et une réorientation sociale sur un certain nombre de catégories et en matière de baisses d'impôts qu'il faut absolument programmer." Et le député d'ajouter : "Ça ne se fait pas comme ça par un coup de baguette magique, ça se fait par un travail patient, résolu... C'est ça le profil de l'équipe qui doit être mise en place par le président". Tout un programme.

Lire aussi >> "Un rappel à l'ordre de la part de la France qui gagne peu", notre interview de Jean-Christophe Cambadélis

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter