Emmanuel Macron et Marine Le Pen se qualifient pour le second tour de l'élection présidentielle

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se qualifient pour le second tour de l'élection présidentielle

EN TÊTE - Les urnes ont rendu leur verdict, dimanche 23 avril, à l'occasion du premier tour du scrutin présidentiel. C'est donc Emmanuel Macron qui affrontera Marine Le Pen au second tour de l'élection suprême, dimanche 7 mai.

Les Français ont choisi, dimanche 23 avril, les deux candidats qu'ils souhaitaient voir s'extirper du premier tour du scrutin présidentiel. Au bout d'une campagne particulièrement incertaine, c'est donc Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui, parmi les onze candidats en lice, se qualifient pour le second tour de l'élection présidentielle. L'ancien ministre de l'Economie obtient 23,8% des voix, sa future adversaire 21,7%, selon les estimations de l'institut Kantar-Sofres-OnePoint.

Comme en 2002, le Front national se qualifie donc pour le deuxième tour de l'élection présidentielle.

Lire aussi

Fillon et Mélenchon éliminés

Dernière les deux finalistes, on retouve François Fillon (19,8%) et Jean-Luc Mélenchon (19,2%), qui se classent troisième ex aequo. Ce scrutin signe également la déroute du Parti socialiste, puisque son représentant Benoît Hamon récolte 6,5% des voix. Le suit le candidat de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, qui récolte 5% des suffrages. Viennent ensuite Jean Lassalle (1,5%), Philippe Poutou (1,1%) et François Asselineau (1%), Nathalie Arthaud (0,8%) et Jacques Cheminade (0,3%).

Lire aussi

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France dépasse le seuil des 70.000 morts

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

Covid : quelle est la situation en Guadeloupe ?

Lire et commenter