Grande favorite, elle se contente de la 2e place : Marine Le Pen a-t-elle raté sa campagne ?

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
RÉSULTATS - En se qualifiant pour le second tour de la présidentielle derrière Emmanuel Macron dimanche 23 avril, Marine Le Pen a sauvé les meubles d'une campagne débutée très haut dans les sondages, mais qui s'était essoufflée dans les dernières semaines.

Quinze ans après son père, quinze ans après le 21 avril 2002, le Front national se qualifie pour le second tour de l'élection présidentielle et c'est finalement l'inverse qui aurait surpris. Là où la qualification de Jean-Marie Le Pen avait secoué la sphère politique comme jamais, causant l'élimination du PS, l'arrivée en deuxième position de Marine Le Pen, dimanche 23 avril, ne relève d'aucune surprise.

Un boulevard vers le second tour

Depuis des mois, la candidate frontiste semblait en effet avoir un boulevard devant elle. Donnée régulièrement en tête au premier tour, quels que soient la configuration et les adversaires qui lui étaient donnés, Marine Le Pen a pourtant connu une fin de campagne peu rassurante. D'un confortable score de 27 ou 28%, cette dernière avait chuté de plusieurs points dans les sondages précédant le premier tour de la présidentielle, avec parfois 22% des voix. Selon les résultats publiés par le ministère de  l'Intérieur lundi matin, elle a finalement recueilli 21,53% au 1er tour, derrière Emmanuel Macron (23,75%) et loin du score qu'on lui promettait. De quoi amener le député Gilbert Collard à reconnaître : "On n'aurait préféré être premiers".

En vidéo

VIDÉO - Gilbert Collard réagit aux résultats : "on aurait préféré être premiers !"

Est-ce à dire que Marine Le Pen a fait une mauvaise campagne ? Candidate depuis le mois de février 2016, la députée européenne a mis du temps avant de réellement se lancer. Elle l'a fait avec un meeting lyonnais début février, passé un peu inaperçu, derrière l'engouement suscité par Emmanuel Macron et les innovations technologiques de Jean-Luc Mélenchon. Par ailleurs, ses thèmes de campagne préférés (immigration, insécurité, délinquance) n'ont eu une résonance que tardive, avec notamment l'attentat sur les Champs-Elysées.

Macron, son meilleur ennemi ?

Elle était également apparue particulièrement en retrait à l'occasion des deux débats présidentiels où, successivement mise en difficulté par Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou, les soupçons d'emplois fictifs du FN au Parlement européen lui furent renvoyées en pleine figure. Ses derniers jours de campagne, avec ses propos polémiques sur la responsabilité de la France dans la rafle des Parisiens de confession juive au Vel' d'Hiv', la virent reprendre les habitudes de son parti, le tout couplé à un discours particulièrement dur sur l'immigration.


La voilà désormais opposée à Emmanuel Macron, le candidat qui représente le plus, par son adhésion aux thèses libérales et pro-européennes, mais aussi par son discours plus ouvert vis-à-vis des populations étrangères, son opposé politique. Un duel "patriotes" contre "mondialistes" qu'elle avait pronostiqué, et qui tiendra la France en haleine jusqu'au 7 mai.

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Sur le même sujet

Lire et commenter