"Le score de LaREM, un score jamais atteint par un parti présidentiel" : l'exagération de Jean-Michel Blanquer

Élections Européennes 2019
SCRUTIN - Sur TF1, dimanche 26 mai au soir, le ministre de l'Education nationale a relativisé la défaite de La République en marche face au RN aux élections européennes en affirmant que le score de la liste constituait un record pour un parti au pouvoir. LCI a remonté les scrutins depuis 1979 pour vérifier.

Une défaite, certes, mais la tête haute. C'est l'argumentaire défendu dimanche soir, sur TF1, par le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, venu défendre le score de Nathalie Loiseau (LaREM), 22,4%, derrière le RN (23,7%). 


Voici ce qu'il a dit : "Le score de LaREM, c'est un score qui n'a jamais été atteint par un parti politique présidentiel lorsqu'un président était en exercice". Il a ainsi insisté sur le fait que les élections européennes étaient "toujours très difficiles pour le parti présidentiel". S'il est exact que les scrutins intermédiaires sont rarement de bons moments à passer pour les majorités en place, Jean-Michel Blanquer grossit le trait.

En 2014, mais pas en 2009

Le ministre cite à raison le scrutin de 2014, lors duquel la liste d'Union de la gauche portée par le PS sous la présidence de François Hollande avait été mise en échec, avec 13,98% des voix, derrière l'ex-UMP (20,81%) et l'ex-FN (24,86%). 


En revanche, il oublie les scores réalisés par la droite en 2009, alors que Nicolas Sarkozy était à la tête du pays depuis deux ans. La majorité de l'époque avait alors réalisé un score de 27,88% - largement supérieur à celui de LaREM ce dimanche - dans le cadre d'une alliance avec le Nouveau Centre et la Gauche moderne. L'opposition était alors nettement en retrait, partagée entre le PS (16,48%) et les Verts (16,28%), et le Front national particulièrement bas (6,34%). 


En 2004, sous le second mandat de Jacques Chirac, l'UMP n'avait en revanche obtenu 16,64% des voix, concurrencée par l'UDF (11,96%), alors que le PS raflait à lui seul 28,9% des suffrages. 

Les partis au pouvoir souvent plus forts que LaRem

L'interprétation de Jean-Michel Blanquer doit être aussi relativisée dans le sens où les situations de cohabitation politique, monnaie courante jusqu'en 2002, n'existent plus depuis. Ainsi, même s'il ne détenait pas le pouvoir, le parti présidentiel pouvait obtenir un score honorable, parce que dans l'opposition. Ce ne fut pas le cas en 1999, sous le premier mandat de Jacques Chirac, où le RPR alors conduit par Nicolas Sarkozy n'avait obtenu que 12,82% des suffrages, fortement déstabilisé par la concurrence des souverainistes du RPF de Charles Pasqua (13,06%) et de l'UDF conduite par François Bayrou (9,29%). Toutefois, le pouvoir était en réalité détenu par la gauche dans cette période de cohabitation. Le PS majoritaire avait alors obtenu 21,95% des suffrages, alors que Lionel Jospin était à Matignon. 


Schéma comparable cinq ans plus tôt, mais de l'autre côté de l'échiquier politique. En 1994 - sous la présidence de François Mitterrand -, l'union RPR-UDF au pouvoir (cohabitation) avait réalisé un score de 25,58%, tandis que le PS conduit par Michel Rocard essuyait une défaite (14,49%). Un parti au pouvoir qui réunit plus d'un électeur sur quatre : de quoi relativiser à nouveau l'analyse de Jean-Michel Blanquer.


En 1989, sous la présidence de François Mitterrand, le PS au pouvoir avait été battu (23,61%) par l'alliance RPR-UDF (28,88%). Battu mais tout de même plus haut que le score de LaRem. Et en en 1984 : le PS au pouvoir (20,75%) avait été écrasé par la liste UDF-RPR conduite par Simone Veil (43,02%). 


Enfin, lors des premiers élections européennes de 1979, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, la liste UDF de la majorité, conduite par Simone Veil, avait récolté 27,61% des voix, loin devant l'opposition PS (23,53%). Soit bien plus que le score de la liste Renaissance. A travers ces chiffres, le ministre de l'Education nationale se fourvoie en disant qu'aucun parti présidentiel n'avait atteint un tel score alors que le président était en exercice. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections européennes 2019 : l'heure des résultats

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter