Résultats législatives 2017 - Hamon, Duflot, Guaino, Yade… Les défaites les plus cinglantes du 1er tour

MAUVAISE PASSE - Ténors socialistes, cadres du FN... La vague de recomposition politique a balayé les circonscriptions françaises dimanche soir, au point d'éliminer dès le premier tour des ténors du paysage politique. Revue (non exhaustive) des pires défaites du cru 2017.

La vague a presque tout balayé. Entre la dynamique inédite de La République en marche d'Emmanuel Macron, l'abstention record et l'usure des partis traditionnels, le premier tour des élections législatives a totalement bouleversé le paysage politique. Une recomposition synonyme de déroute prématurée pour un grand nombre de ténors, principalement de gauche. LCI fait le tour des plus cuisantes défaites de cette soirée pas comme les autres. 

Comme un symbole. Elu dans le XIXe arrondissement de Paris depuis 1988, le patron du PS a été emporté dans la débâcle de son parti. Crédité autour de 10% des voix vers 23 heures, le Premier secrétaire a été éliminé dès le premier tour du scrutin sur ce territoire réputé ancré à gauche où les électeurs ont donné la première place au jeune secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi (REM).


Parmi les principaux cadres du PS qui ont connu le même sort : Christophe Borgel, Corinne Narassiguin et Razzy Hammadi.

En vidéo

Patrick Mennucci annonce son élimination du 1er tour

Autre figure historique du PS, Patrick Mennucci, député depuis 2012 de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, n'aura pas l'occasion d'affronter, sur la scène marseillaise, le rival parachuté Jean-Luc Mélenchon, qui se retrouvera au second tour face à la candidate REM. Le député sortant a annoncé lui-même son élimination dès le premier tour en début de soirée.  

Une défaite doublement cruelle pour l'ancien candidat socialiste à la présidentielle. Benoît Hamon, qui avait été éliminé au premier tour de celle-ci avec 6,36% des voix, n'aura pas réussi à sauver sa propre circonscription des Yvelines. Le député de Trappes a été éliminé dès le premier tour du scrutin dimanche soir, malgré son score de 22,59% des voix.

Une déconvenue à l'image du score du FN dimanche soir. Alors que Marine Le Pen transformait l'essai à Hénin-Beaumont, l'un des principaux cadres frontistes subissait, de son côté, un échec. Le secrétaire général du FN Nicolas Bay a été éliminé de la course dans la 6e circonscription de Seine-Maritime avec 22.7% des suffrages, à une vingtaine de voix près. Autres figures FN éliminées dès le premier tour : Franck de Lapersonne (Somme) et Jean-Lin Lacapelle (Bouches-du-Rhône).

Le député PS de la 10e circonscription de l'Essonne, Malek Boutih, élu en 2012, n'a pas réussi lui non plus à transformer l'essai. L'ancien président de SOS Racisme a été éliminé dès le premier tour (12.39%) au profit de la candidate de La France insoumise. 

L'ancienne patronne d'EELV, qui avait gagné la 6e circonscription de Paris en 2012 dans le cadre d'un accord avec le PS, n'aura pas le loisir d'y passer le prochain quinquennat. L'ex-ministre du Logement de François Hollande a été écartée dès le premier tour du scrutin au profit des candidats REM et France Insoumise. 

Une autre ex-patronne d'EELV défaite au premier tour. Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement de François Hollande, a annoncé elle-même son élimination dans la 3e circonscription de la Seine-Saint-Denis (9,47%).

L'ancien conseiller gaulliste de Nicolas Sarkozy, en bisbille avec la droite depuis qu'il a voulu être candidat à la présidentielle contre François Fillon, n'a pas vraiment réussi son parachutage dans la 2e circonscription de Paris. Le député sortant des Yvelines, que la droite a refusé de réinvestir, est éliminé au premier tour. Sur BFMTV, il a annoncé son retrait de la vie politique, jugeant les électeurs de la circonscription "à vomir".

Encore une déroute électorale pour l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Candidate dans la 1re circonscription du Loir-et-Cher, Rama Yade finit la course avec 5,65% des suffrages, en sixième position.

Une autre figure historique du PS ne passe pas le cap du premier tour. L'ancienne conseillère de François Mitterrand puis garde des Sceaux Elisabeth Guigou a été sortie sans ménagement de la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis où elle était élue depuis 2002 (17,79%).

L'ancienne ministre de la Culture de François Hollande, députée PS frondeuse de Moselle, perd également son fief au premier tour (11,8%). D'autres anciens ministres comme Matthias Fekl, Christian Eckert et Pascale Boistard connaissent le même sort. 

Ne manquez rien de l’actualité politique avec notre page spéciale Elections Législatives 2017


Retrouvez  notre carte interactive des candidats et des résultats

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections législatives 2017

Plus d'articles

Lire et commenter