Emmanuel Macron président : 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur notre nouveau chef d'Etat

PORTRAIT - Du nouveau président, les Français savent déjà beaucoup de choses. Mais au-delà de la biographie connue, LCI a feuilleté plusieurs ouvrages consacrés à sa vie pour dénicher quelques anecdotes moins connues.

On croirait tout savoir d'Emmanuel Macron. Après une longue campagne où, déjouant les pronostics, l'ancien collaborateur de François Hollande a pris le leadership de l'élection présidentielle, biographies, ouvrages, interview et témoignages ont abondamment circulé pour permettre aux électeurs de se faire une idée du personnage.


Pourtant, Emmanuel Macron, malgré la mise en scène récurrente de sa vie de couple, est resté d'un bout à l'autre particulièrement discret sur sa vie privée. Il n'a souvent pris la parole sur ce sujet que pour contester une rumeur le concernant, ou, sur un plan stratégique, pour se mettre en scène comme un candidat qui s'est forgé tout seul. Ce que l'on sait, c'est qu'à 39 ans (il fêtera ses 40 ans en décembre prochain), ce surdoué de la politique, façonné par les classes préparatoires littéraires et par l'ENA, a déjà été banquier,  conseiller de l'Elysée, ministre de l'Economie, puis fondateur d'un mouvement politique, candidat et vainqueur d'une élection présidentielle. On connaît moins les petits à-côté de son parcours. A l'occasion de son élection, LCI vous rapporte quelques anecdotes dénichées dans la biographie déjà consistante qui a été consacrée au phénomène Macron. 

En vidéo

VIDEO - La personnalité d'Emmanuel Macron décryptée par un psychanlyste

  • 1L'enfance chez les jésuites

    Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, a été scolarisé de la sixième à la seconde à La Providence, un établissement privé sous contrat fondé par les jésuites. Une institution bien connue de la bourgeoisie amiénoise, qui y place traditionnellement ses enfants. 

  • 2L'enfance bourgeoise, les origines populaires

    Emmanuel Macron est le fils d'un neurologue hospitalier et d'une pédiatre, médecin conseil à la Sécu. Il a grandi dans une environnement favorisé, au cœur de la bourgeoisie d'Amiens. Néanmoins, le candidat Macron n'a jamais manqué de rappeler ses origines populaires, comme dans son livre Révolution, et en particulier sa relation avec sa grand-mère, une enseignante dont la mère était illettrée. Au point d'en oublier d'évoquer ses parents médecins ? "On lui a construit une enfance avec des images d’Epinal qui se vendent bien", témoignait son père dans Un jeune homme si parfait, d'Anna Fulda (Plon). "Avec sa grand-mère enseignante et son arrière-grand-mère illettrée. Cela fait très IIIe République ! Alors, les parents, dans ce schéma, ils sautent”.

  • 3L'adolescence mystique

    Malgré ce passage dans un établissement catholique, le jeune Emmanuel Macron n'a pas été élevé dans la religion. Mais à l'âge de 12 ans, il a demandé à ses parents la possibilité de pouvoir faire sa communion. Son père était plutôt hostile à la démarche. Un baptême qui a ouvert la voie à des questionnements métaphysiques. "Le début d'une période mystique qui a duré plusieurs années", avait confié l'intéressé à L'Obs

  • 4Le mélomane averti

    Emmanuel Macron ne maîtrise pas seulement les chiffres et la langue française. On sait moins qu'il a étudié assidûment le piano pendant dix ans, au point de décrocher, à l'époque, le troisième prix de piano du conservatoire d'Amiens.

  • 5Une comédie a soudé son couple

    Alors qu'il étudiait à La Providence, Emmanuel Macron s'est pris de passion, au printemps 1993, pour les ateliers de théâtre, dirigés par Brigitte Auzière, sa future femme, alors enseignante de lettres et de latin. Ils se sont rapprochés lors de la création d'une pièce d'Eduardo de Filippo, baptisée L'Art de la Comédie, dont le jeune Macron a souhaité améliorer les dialogues lui-même.

  • 6Il a failli démissionner une première fois

    Emmanuel Macron s'est fait un nom en démissionnant de son poste de ministre de l'Economie à l'été 2016. Ce que l'on sait moins, c'est qu'il a failli faire la même chose un peu plus de deux ans plus tôt. Alors secrétaire général adjoint de l'Elysée, il avait poussé François Hollande à mettre en oeuvre la réforme de la retraite par points. Faute d'avoir été entendu, exclu des réunions de préparation sur cette réforme, il a songé à se retirer. "Hollande, c'est du sept jours sur sept, ce n'est pas une vie", s'était-il plaint (Emmanuel Macron, en marche vers l'Elysée, de Nicolas Prissette, Plon). La mise en oeuvre du Pacte de compétitivité après le tournant libéral de François Hollande l'a fait changer d'avis. 

  • 7Il avait envisagé de se présenter aux élections en 2008

    Emmanuel Macron a été élu pour la première fois de sa vie dimanche soir. Celui que les détracteurs accusaient de n'avoir jamais affronté le verdict des urnes avait pourtant envisagé, un temps, d'être candidat. C'était en 2008, dans sa ville d'Amiens. "Je me suis posé la question", a-t-il reconnu plus tard. Il avait finalement jugé la situation peu propice à son élection. Après les municipales de 2014 dans la même ville, un élu socialiste lui avait dit : "Il faudra peut-être voir pour toi la prochaine fois". Le destin en a manifestement décidé autrement. 

  • 8Hollande appréciait ses blagues

    François Hollande, qui a permis à Emmanuel Macron d'accéder aux plus hautes responsabilités, appréciait ses conseils, mais pas seulement. "Il est joyeux", "il me fait rire", répétait le chef de l'Etat... bien avant d'être lâché par son poulain. Parmi les blagues préférées d'Emmanuel Macron, celle qui consistait à envoyer de faux messages ou SMS depuis l'ordinateur ou le smartphone de quelqu'un d'autre...

  • 9Avant d'être ministre, il a voulu se relancer dans les affaires

    Après deux ans au sein de la banque Rothshild puis deux autres années à l'Elysée, Emmanuel Macron a souhaité prendre du recul vis-à-vis du monde politique. Après un voyage en Californie, il a donc envisagé de créer sa propre société de conseil, "Macron Partners". Il a également ambitionné de créer un fonds d'investissement pour financer des projets innovants, notamment dans l'éducation. Lorsqu'il a été appelé au gouvernement, à l'été 2014 (après la démission d'Arnaud Montebourg), il venait de décrocher un poste d'enseignant à Berlin au sein de la prestigieuse London School of Economics... Comme maître de conférences en économie politique. 

  • 10"La Rotonde", il connaît bien

    La fête qu'il avait organisée avec ses soutiens au soir du premier tour à "La Rotonde", fameux restaurant parisien, avait créé la polémique. Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'il s'y rendait. L'ancien conseiller y avait en effet ses habitudes : c'est là que, avec des économistes, il avait préparé la campagne de François Hollande en 2012. 

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter