Résultats présidentielle 2017 : l'abstention record au coeur d'une élection pas comme les autres

HISTORIQUE - L'élection d'Emmanuel Macron aura été marquée par de nombreux records, et certains dont la vie politique se serait sans doute bien passée. Dimanche, près d'un électeur sur quatre ne s'est pas déplacé au bureau de vote. Du jamais-vu pour un second tour de présidentielle depuis 1969.

Les chiffres ont été affinés en milieu de matinée lundi. Si Emmanuel Macron a été largement élu huitième président de la Ve République française dimanche avec 66,10% des voix, son élection a été marquée par un taux d'abstention record. Jamais, depuis 1969, il n'avait augmenté entre le premier et le second tour. Dimanche, 25,44% des électeurs, soit 12.101.416 personnes, ont décidé de ne pas aller voter. Soit 2 millions de plus qu'il y a deux semaines.


Que dire et que comprendre de cette abstention ? 

En vidéo

Présidentielle : 26 % d’abstention, un record depuis 1969

Forte augmentation des bulletins blancs et nuls

Parmi les électeurs qui ont fait le choix - justement - de ne pas choisir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, certains l'ont fait directement dans l'isoloir. Ce sont ainsi plus de 4 millions d'électeurs qui ont opté pour un vote blanc (8,51%) et nul (2,96%), soit 11,47% des votants. Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré lors des scrutins présidentiels depuis le début de la Ve République. Par comparaison, 2,154.956 bulletins blancs ou nuls avaient été comptabilisés en 2012, 1.568.426 en 2007. 


Cette année, ce sont donc plus de 16 millions de Français qui n'ont voté pour aucun des candidats. Selon une enquête Ipsos menée avant le second tour, 31% d'entre eux ont "refusé de choisir entre deux candidats qu'ils rejettent totalement" tandis  que 28% "ne les rejettaient pas mais aucun des deux ne correspondaient à [leurs] idées".

En vidéo

Votes blancs, nuls et abstention : "le deuxième parti de France" pour Christophe Jakubyszyn

En vidéo

La minute pour comprendre : l'abstention

Où a-t-on le moins voté cette année ?

C'est à Saint-Martin/Saint-Barthélémy que les électeurs ont le plus boudé les urnes. Près de 6 électeurs sur 10 (64,66%) n'ont pas fait le déplacement. Suivent la Martinique (49,74%), la Nouvelle Calédonie (47,19%), Saint-Pierre-et-Miquelon (44,01%), La Réunion (37,09%) et La Haute-Corse (36,55%). Des chiffres que l'on pourrait rapprocher des scores de Marine Le Pen dans ces départements. En Haute-Corse, la candidate frontiste n'est pas passée loin des 50% (47,73%). "Au plan local, l'abstention a eu un impact non négligeable", avance Corse Matin. Les autres départements cités comptent parmi ceux qui ont connu la plus forte progression du vote FN par rapport au second tour de 2002 : de 8,10% à 39,7% pour La Réunion, de 9,97% à 36,7% pour Saint-Pierre-et-Miquelon, de 3,84% à 22,4% pour la Martinique.

En vidéo

En Corse, plus d’un tiers des électeurs s’est abstenu dimanche

Où l'abstention a-t-elle le plus progressé depuis 2012 ?

On retrouve ici la Haute-Corse qui a connu une augmentation de 13 points de son taux d'abstention entre les seconds tours des deux présidentielles (de 23,15% à 36,15%). La Corrèze a vu le sien gonfler de 7 points (13,65% à 20,60%), le Lot de 7 points (de 13,38% à 20,03%) et la Dordogne de 6 points (de 14,09% à 20,95%). Tout en restant en-deçà de la moyenne nationale. Des mauvais élèves plutôt pas si mauvais finalement. Tous ont placé Emmanuel Macron en tête, très largement (71% en Corrèze,  72,18% dans le Lot, 64,27% en Dordogne) ou de de manière plus serrée (52,27% en Haute-Corse).

En vidéo

Macron président, quelles seront ses premières mesures ?

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter