Pas de consigne de vote entre Macron et Le Pen : le non-choix de Mélenchon ne passe pas à gauche

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
PRÉSIDENTIELLE 2017 - La gauche n'a jamais été aussi divisée que lors de cette élection présidentielle. Le refus de Jean-Luc Mélenchon de donner une consigne de vote pour le second tour entre Macron et Le Pen est vivement critiqué, notamment par le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis.

Après l'annonce des résultats du premier tour dimanche soir, Jean-Luc Mélenchon n'a pas voulu accepter sa défaite lors de son discours face à ses partisans et a appelé à la prudence, en attendant les pourcentages définitifs. "Nous ne validons pas le score annoncé sur la base de sondages. Les résultats des grandes villes ne sont pas encore connus. J'appelle à la retenue et les commentateurs à la prudence", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Nous respecterons les résultats quand ils seront connus."


 Le candidat des "insoumis", amer, a surtout refusé de donner une consigne de vote pour le second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, critiquant  "les médiacrates et les oligarques qui jubilent" : il laissera décider les militants de son mouvement. Un non-choix qui ne passe pas à gauche, comme l'a expliqué Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, sur son compte Twitter : "J'ai du respect pour tous les votes de gauche et Mélenchon, mais ne pas appeler à battre M. Le Pen est une faute et intenable quand on est de gauche".

D'autres voix ont relayé cette critique, de Manuel Valls espérant que Jean-Luc Mélenchon "reviendra à une position qui ne sera pas dictée uniquement par l'amertume" à Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement En Marche!, estimant qu'il est en train de "rater une marche de l'histoire".

Alors que de nombreux soutiens de Benoît Hamon appellent à voter pour Emmanuel Macron au second tour, et ainsi à faire barrage au Front National, le camp Mélenchon n'a jamais dérivé : Danielle Simonnet, coordinatrice du Parti de gauche, présente sur le plateau de LCI dimanche soir, n'a pas souhaité exprimer d'intention de vote pour le second tour. A l'instar de Charlotte Girard, la responsable du programme de Mélenchon, qui a exclu lundi matin sur notre antenne "de voter Macron, car il précipitera l'arrivée d'un nouveau fachisme".

En vidéo

Présidentielle : "Certains électeurs de Mélenchon voteront pour nous au second tour" déclare Philippot

Benoît Hamon - de même que François Fillon à droite - a quant à lui appelé à voter Emmanuel Macron lors du second tour dans son discours de défaite : "J'appelle à battre le plus fortement possible le Front National en votant Emmanuel Macron, même s'il n'appartient pas à la gauche".


Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter