Pas de consigne de vote entre Macron et Le Pen : le non-choix de Mélenchon ne passe pas à gauche

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

PRÉSIDENTIELLE 2017 - La gauche n'a jamais été aussi divisée que lors de cette élection présidentielle. Le refus de Jean-Luc Mélenchon de donner une consigne de vote pour le second tour entre Macron et Le Pen est vivement critiqué, notamment par le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis.

Après l'annonce des résultats du premier tour dimanche soir, Jean-Luc Mélenchon n'a pas voulu accepter sa défaite lors de son discours face à ses partisans et a appelé à la prudence, en attendant les pourcentages définitifs. "Nous ne validons pas le score annoncé sur la base de sondages. Les résultats des grandes villes ne sont pas encore connus. J'appelle à la retenue et les commentateurs à la prudence", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Nous respecterons les résultats quand ils seront connus."

 Le candidat des "insoumis", amer, a surtout refusé de donner une consigne de vote pour le second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, critiquant  "les médiacrates et les oligarques qui jubilent" : il laissera décider les militants de son mouvement. Un non-choix qui ne passe pas à gauche, comme l'a expliqué Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, sur son compte Twitter : "J'ai du respect pour tous les votes de gauche et Mélenchon, mais ne pas appeler à battre M. Le Pen est une faute et intenable quand on est de gauche".

Voir aussi

D'autres voix ont relayé cette critique, de Manuel Valls espérant que Jean-Luc Mélenchon "reviendra à une position qui ne sera pas dictée uniquement par l'amertume" à Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement En Marche!, estimant qu'il est en train de "rater une marche de l'histoire".

Voir aussi

Alors que de nombreux soutiens de Benoît Hamon appellent à voter pour Emmanuel Macron au second tour, et ainsi à faire barrage au Front National, le camp Mélenchon n'a jamais dérivé : Danielle Simonnet, coordinatrice du Parti de gauche, présente sur le plateau de LCI dimanche soir, n'a pas souhaité exprimer d'intention de vote pour le second tour. A l'instar de Charlotte Girard, la responsable du programme de Mélenchon, qui a exclu lundi matin sur notre antenne "de voter Macron, car il précipitera l'arrivée d'un nouveau fachisme".

En vidéo

Présidentielle : "Certains électeurs de Mélenchon voteront pour nous au second tour" déclare Philippot

Voir aussi

Benoît Hamon - de même que François Fillon à droite - a quant à lui appelé à voter Emmanuel Macron lors du second tour dans son discours de défaite : "J'appelle à battre le plus fortement possible le Front National en votant Emmanuel Macron, même s'il n'appartient pas à la gauche".

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Lire et commenter