Retrait de François Hollande : qui est le mieux placé à gauche ?

LE KIOSQUE DE L'INFO - François Hollande a annoncé qu'il ne briguerait pas de second mandat, une annonce qui laisse le champ libre à son Premier ministre. Une situation qui n'est cependant pas confortable pour Manuel Valls qui va devoir faire face à une gauche divisée et à une multitude de candidats rivaux.

"Il est comme un général qui a mené ses troupes pendant cinq ans, il a essayé de passer par la montagne, il a essayé de passer par les plaines, il a essayé de passer par le fleuve et puis d'un coup, il lâche tout le monde et il s'en va et d'ailleurs, il s'en va dans le désert". Virginie Le Guay, chef adjointe du service politique à Paris Match n'est pas tendre avec François Hollande. Elle estime que cet abandon est "un aveu d'échec fantastique". 


Quelles options reste-t-il à gauche ? François Hollande laisse sans aucun doute un espace à son Premier ministre. Mais la tâche s'annonce ardue. Comme de nombreux analystes politiques, Virginie Le Guay estime que Manuel Valls est "obligé d'y aller". La pression qu'il a exercé sur le chef d'Etat ne laisse pas d'autres possibilités. Pourtant Manuel Valls aura du mal de se détacher du bilan de François Hollande. Toujours à la tête du gouvernement, il va devoir défendre les mesures imposées durant le quinquennat et cela ne sera pas chose aisée. 

D'autres noms sont évoqués dans le cadre de la primaire à gauche, comme celui de Najat Vallaud-Belkacem ou Marisol Touraine, deux protégées du président mais elles manquent toutes deux d'une stature présidentielle. Une figure semble cependant se détacher : Christiane Taubira. L'ancienne ministre, qui avait indiqué il y a quelques mois ne pas être intéressée par la présidentielle, est poussée par les militants socialistes. Arthur Berdah, journaliste politique au Figaro, souligne le match des pétitions, qui lui est largement favorable. Une soixantaine de personnalités a lancé un appel pour contrer les Hollande bashing ... avec très peu de succès. Elle n'a recueilli que 7 500 signatures. Des miettes comparées à la pétition lancée au début de la semaine pour convaincre Chritiane Taubira de représenter la gauche en 2017. En à peine cinq jours, plus de 75 000 citoyens la soutiennent déjà.


Cette femme politique engagée et anti-langue de bois  peut-elle faire barrage à Manuel Valls? Son indépendance lui donne une longueur d'avance. Contrairement au Premier ministre, elle a pris ses distances avec le gouvernement en claquant la porte lors de l'"épisode" de la déchéance de nationalité. Farouchement anti-Valls, elle pourrait représenter une sérieuse alternative face au chef du gouvernement. 

Mais à gauche, les candidats sont nombreux. Les socialistes doivent faire face à des rivaux sérieux qui ne se présenteront pas dans le cadre de la primaire. Jean-Luc Mélenchon compte glaner les voix des déçus du PS et des citoyens avides d'une politique plus sociale. Plus au centre, on retrouve Emmanuel Macron qui tente de dépasser l'éternel clivage gauche/droite. L'ancien ministre dispose de soutiens de poids, issus de tous bords politiques. Parmi eux, l'avocat Jean-Pierre Mignard, proche de la famille Hollande/Royal. Un nouvel affront à François Hollande.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'abandon de Hollande

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter