Retraites : Macron l'assure, "je ne modifie l’âge de départ durant le quinquennat"

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
RÉFORME - Invité du journal de 20H de TF1 ce dimanche, Emmanuel Macron a abordé un point important de la campagne : les retraites. Pour le candidat d'En Marche, il est important de progressivement supprimer les régimes spéciaux et n'avoir qu'un seul et même système, "plus juste et transparent".

Invité du journal de 20H de TF1 ce dimanche, Emmanuel Macron est revenu longuement sur un point important de son programme : la réforme des retraites. Alors que le régime actuel est constitué de différents régimes spéciaux, avec un départ à la retraite en moyenne situé à 58 ans pour les salariés du secteur public et 62 pour ceux du secteur privé, le candidat d’En Marche entend transformer ce régime en système plus juste.


"On va faire converger tous les régimes spéciaux, les différences qui existent, vers un régime unique, un même système plus juste et plus transparent" a ainsi déclaré le candidat à la présidentielle avant d’ajouter : "Mon objectif n’est pas de faire aujourd’hui des économies sur le dos des retraités ou de ceux qui vont partir en retraite."

Il n'y aura pas de perdantsEmmanuel Macron

Selon lui, la "maladie" du système actuel des retraites est qu’il est "injuste et peu transparent." "Cela amène nos jeunes de penser aujourd’hui qu’ils n’auront pas de retraite", déplore-t-il. Cependant, pour les plus sceptiques, Macron se veut rassurant : "Je ne modifie l’âge de départ à la retraite durant le quinquennat, je ne modifie pas non plus les règles, et pour les retraités, et pour nos concitoyens qui sont à cinq ans du départ à la retraite. Mais progressivement, je mets en place un système beaucoup plus juste et transparent. Pour chaque euro cotisé donne lieu aux mêmes droits."


"Si vous êtes journaliste, fonctionnaire, commerçant, artisan, agriculteur… chaque euro cotisé donnera lieu aux mêmes droits" a-t-il martelé avant de qualifier sa future réforme de "très ambitieuse." "Elle permettra de reconstituer beaucoup plus simplement sa carrière. Je la ferai négocier au début du quinquennat, ensuite, on commencera à la mettre en œuvre pour les plus jeunes, donc il n’y aura pas de perdants. Tout le monde va progressivement entrer dans ce système." Pour rappel, en Suède, un système similaire a été adopté, mais il a fallu plus de dix ans pour le mettre en place.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter