Retraites, régimes spéciaux : que proposent les candidats à la présidentielle ?

COMPAREZ - Nouveau système de cotisation, report ou abaissement de l'âge de départ à la retraite, suppression des régimes spéciaux : LCI vous fait le récap' de ce que proposent les onze candidats à la présidentielle à propos des retraites.

• Emmanuel Macron

Le candidat d’"En Marche !" souhaite universaliser le système de retraite actuel. Selon lui, "le problème des retraites n’est plus un problème financier" et "l’enjeu aujourd’hui n’est donc pas de repousser l’âge ou d’augmenter la durée de cotisation". L’ancien ministre de l’Economie veut mettre fin aux inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé en créant un système universel de retraites où un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé. Le système, inspiré de la Suède, consiste à accumuler des points au fil de sa carrière, lesquels seront convertis en euros, en fonction de l’âge de départ : plus on partira tard, plus la pension sera élevée, et la pénibilité sera prise en compte. La valeur du point sera calculée en fonction de l’espérance de vie et de la croissance, et ne sera connue par le retraité qu’au moment de son départ. 


Le programme du candidat précise que "cette réforme ne changera rien aux conditions de départ à la retraite de ceux qui sont à moins de cinq ans de la retraite et qui l'ont donc déjà planifiée. Pour les autres, ceux qui ont au moins cinq ans d'activité devant eux, la transition sera progressive, sur une période d’environ 10 ans."


Emmanuel Macron souhaite maintenir l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans mais "ceux qui le souhaitent pourront choisir de travailler plus longtemps afin d'améliorer leur pension".

En vidéo

Chartier accuse Macron de plagier en partie le programme de Fillon

• Marine Le Pen

La candidate du Front national a précisé ce mardi matin sur Sud Radio et Public Sénat ce qu’elle comptait faire pour les régimes spéciaux une fois élue. "Mon sentiment, c’est qu’il faut regarder les régimes spéciaux un par un, tranquillement, après l’élection. Pourquoi ? Parce qu’il y a des régimes spéciaux qui se justifient tout à fait" a-t-elle déclaré, citant le régime des marins pêcheurs et celui des militaires". "Il faut être pragmatique, il faut être juste et pour cela il faut, après l’élection, se mettre autour de la table pour vérifier quelles sont les spécificités qui se justifient encore et celles qui (…) ne se justifient peut-être plus."


Une position confirmée à LCI par Jean Messiha, en charge du projet de Marine Le Pen. "Nous n’envisageons pas de supprimer ou de maintenir en bloc les régimes spéciaux. Il faut une remise à plat, des approches au cas par cas. Certains régimes spéciaux doivent être maintenus, d’autres sont désuets et doivent être supprimés. Si Marine Le Pen est élue, nous organiserons des réunions avec les syndicats pour en parler." Une position qui distingue (encore une fois) la candidate FN de sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, qui veut "remette en cause" les régimes spéciaux. 


Dans son programme, la candidate du Front national veut également augmenter les très petites retraites. Elle veut aussi instaurer une "prime de pouvoir d’achat" à destination des petites retraites pour les revenus jusqu’à 1500 euros par mois. 


Marine Le Pen souhaite abaisser l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine.

• François Fillon

Le candidat LR veut sécuriser le financement des retraites pour éviter la baisse des petites pensions. Il souhaite augmenter l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans pour augmenter les petites retraites et les pensions de réversion. "Le dispositif de départ pour carrières longues sera également progressivement étendu pour permettre aux personnes ayant commencé à travailler jeunes de prendre leur retraite dès 63 ans. L’âge maximal du taux plein sera maintenu à 67 ans" indique François Fillon dans son programme


L'ancien Premier ministre souhaite "abroger le compte pénibilité inapplicable car trop complexe". Pour lui il faut "traiter la pénibilité par l'amélioration des conditions de travail, une politique de prévention plus ambitieuse et une prise en compte de la situation réelle des salariés notamment à travers un examen médical individuel, permettant une meilleure reconnaissance de l’incapacité au travail et de l’inaptitude".


Le candidat veut augmenter les pensions de base de plus de 300€ annuels pour les petites retraites, c'est-à-dire les personnes ayant un montant global de pension de moins de 1.000€ ; et revaloriser les petites pensions de réversion de 10%, ce qui bénéficiera à plus de 300 000 veuves et veufs.


Enfin, tout comme Emmanuel Macron, François Fillon souhaite tendre à la suppression des régimes spéciaux de retraite. Il ne souhaite pas y parvenir par les mêmes moyens puisqu'il n'envisage pas de passer au système de retraite à points prôné par son adversaire.

• Benoît Hamon

"Pour que chacun puisse bénéficier d’une même durée de retraite en bonne santé, je maintiendrai et j’étendrai les comptes pénibilité, qui permettent à ceux qui ont eu les carrières les plus difficiles de partir plus tôt" écrit Benoît Hamon dans son programme


Le candidat du Parti socialiste souhaite maintenir l’âge de départ à la retraite à 62 ans. 


Benoît Hamon fait deux propositions inédites à propos des retraites : il prévoit un don de trimestres validés entre conjoints pour "favoriser la retraite à taux plein du conjoint qui n’a pas suffisamment de trimestres", et souhaite également valoriser le temps d’engagement dans la prise en compte des cotisations retraite.

• Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon précise dans son programme qu'il souhaite "revaloriser les pensions de retraite au niveau du smic pour une carrière complète et porter le minimum vieillesse au niveau du seuil de pauvreté". 


Comme Marine Le Pen, il propose de ramener la durée de cotisation à 40 annuités pour une retraite pleine. Pour financer cette réforme, le candidat de La France insoumise pense qu’il "suffit que les femmes soient payées comme les hommes" car cela entraînerait une augmentation des cotisations sociales qui équilibrerait le régime.

• Les six autres candidats

En vidéo

Présidentielle de 2017 : comment se passe la campagne pour les petits candidats ?

Philippe Poutou et Nathalie Arthaud prônent la retraite à 60 ans avec 37,5 annuités. La candidate LO revendique également un montant minimum pour les pensions de retraite de 1.800 euros par mois. 


François Asselineau veut l'arrêt immédiat de l’augmentation du nombre d’annuités - qu'il propose de plafonner à 41 - et du report de l’âge légal. Il propose dans son programme d'inscrire dans la Constitution le principe de la retraite par répartition et celui d’une retraite minimale pour assurer à chacun une existence convenable. 


Jacques Cheminade promet de revaloriser les retraites les plus modestes de 200 euros, et de plafonner les retraites les plus élevées. Il propose de conserver l'âge de départ à 62 ans.

 

Nicolas Dupont-Aignan propose de permettre aux mères et aux pères de plus de trois enfants ayant élevé leurs enfants jusqu’à leur majorité de partir à la retraite de manière anticipée selon un système à la carte. 


Jean Lassalle n'a pas exprimé d'idée particulière à propos des retraites.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter