Elections européennes : qui est Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national à seulement 23 ans ?

Élections Européennes 2019

PORTRAIT - Pour mener sa liste aux élections européennes, le Rassemblement national a choisi Jordan Bardella, 23 ans. Si au sein du parti on vante sa jeunesse et ses interventions de qualité sur les plateaux de télévision, on pointe aussi du doigt son manque d'expérience et sa méconnaissance des sujets européens.

C’est ce qu’on appelle une promotion express. Pour mener sa liste aux prochaines élections européennes, le Rassemblement national a choisi de faire confiance à Jordan Bardella. A 23 ans, le jeune homme encore peu connu du grand public a pourtant derrière lui une carrière politique déjà longue. 

A 18 ans, deux ans après avoir adhéré au Front national, séduit par sa nouvelle présidente Marine Le Pen, il devient responsable de la fédération FN de Seine-Saint-Denis, son département natal. Il dirige un temps le défunt collectif du FN "Banlieues patriotes" pour défendre les "oubliés" de la République, et est élu conseiller régional d’Ile-de-France en 2015. Lors du congrès de mars 2018, il intègre le bureau national du parti, avant d’être nommé directeur national de Génération nation, mouvement de jeunesse du Rassemblement national. Après la présidentielle, il est promu porte-parole du parti. Voilà pour le CV politique de ce titulaire d’un bac ES obtenu avec mention très bien. Un CV bien rempli qui aura toutefois eu raison de ses études de géographie entamées à l’université parisienne de la Sorbonne. 

Lire aussi

Si Nicolas Bay et Louis Alliot avaient fait part de leurs ambitions européennes, leur candidature a été écartée au profit de celle de Jordan Bardella, qui a l’avantage de ne pas être éclaboussé par les affaires (ces deux premiers sont mis en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs au Parlement européen).

Je représente l’origine modeste et la fibre sociale."- Jordan Bardella, Libération

"Dans cette période trouble, il faut aussi donner des signes d’espoir à notre jeunesse et montrer que dans des partis politiques pourtant bien installés comme le nôtre, on donne aussi la chance à des jeunes qui sont issus de milieux populaires", déclarait Louis Alliot, pas rancunier, lundi 7 janvier. Jordan Barbella lui-même est conscient de ce qu’il représente. "Je suis jeune, j’ai grandi en banlieue, j’ai vécu dans le 93. Ma mère habite en HLM à Saint-Denis. Je représente l’origine modeste et la fibre sociale", estime-t-il dans Libération

Mais la jeunesse et les origines modestes de Jordan Bardella ne sont pas ses seuls atouts. "Selon moi, il a été choisi pour deux bonnes raisons", explique à LCI Jean Messiha, membre du bureau national du Rassemblement national. "Il maîtrise le fond et la forme, ce qui le rend très performant, notamment sur les plateaux de télévision. Et il est de la génération qui porte le plus tous les méfaits de l’Union européenne. C’est sa génération qui est le plus au chômage, qui subit le plus les problèmes sanitaires, les problèmes de logement découlant des politiques imposées par l’Europe, c’est sa génération qui a vu l’Europe prendre un virage techniciste, libéral, anti-national."

Un (très) proche de Marine Le Pen

Si Jordan Bardella en est là, c’est également parce qu’il fait partie du cercle rapproché de Marine Le Pen. Des relations privilégiées qui font dire à certains que le petit-ami de la fille de Frédéric Chatillon, prestataire du RN et conseiller de l'ancienne candidate à la présidentielle, est sa "marionnette". D’ailleurs la présidente du parti, qui n’entend pas que sa tête de liste lui fasse de l’ombre, ne le laissera pas faire campagne seul. Elle a déjà annoncé qu’elle l’accompagnerait dans la trentaine de meetings prévus. 

En vidéo

Elections européennes : un clip du gouvernement fait polémique

"Mais lorsque les chaînes de télé vont convoquer toutes les têtes de liste, elle ne pourra pas y aller à sa place. Or, face à des journalistes on peut toujours s’en sortir avec des éléments de langage, mais face à des adversaires politiques c’est une autre histoire", oppose un cadre du parti à LCI, pointant le manque d’expérience du jeune candidat. Sur la chaîne Sputnik, l’ancien président du FN Jean-Marie Le Pen s’en est allé à un jugement similaire, estimant Jordan Bardella "pas du tout capable de s’imposer" face aux eurodéputés des autres partis.

Trop fragile sur les sujets européens

Les élections européennes exigent également d’avoir de solides connaissances de l’appareil bruxellois. Or, Jordan Bardella n’a aucune compétence en la matière. "Jordan est bon pour son âgé, mais on va le juger par rapport aux enjeux de l’élection, pas par rapport à son âge. Or, pour les élections européennes, le programme est technique, il s’agit de maîtriser les rouages de l’Union européenne, son histoire. Je crains qu’il ait les os un peu fragiles", avoue ce même membre du parti à LCI. 

De plus, à sa connaissance, aucun programme d’entraînement particulier n’a été décidé pour préparer le jeune homme aux prochaines longues semaines de campagne. "Sur l’Europe, Jordan n’a aucune vision. D’ailleurs de manière générale, il n’a pas vraiment de convictions, il est trop jeune" a ajouté ce proche du Rassemblement national. "Il change de discours selon les courants du moment, était dans ‘l’ouverture’ pendant la 'dédiabolisation', ne parle plus que d’immigration depuis qu’on est revenus aux fondamentaux", jugeait également un autre cadre du parti dans Libération.

Il va subir des pressions extraordinaires- Un cadre du RN à LCI

Aussi, s’il veut continuer son ascension fulgurante au sein du parti, Jordan Bardella a intérêt d’être à la hauteur des espérances (le Rassemblement national est placé en tête de tous les derniers sondages). Sinon, prévient le cadre du parti interrogé par LCI : "Jordan est jeune, il va subir des pressions extraordinaires. Le risque, c’est qu’on crame un potentiel extraordinaire, qu’on le pousse à bout."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter