RSA, SMIC et aides sociales : le vrai du faux sur "la France des assistés"

DirectLCI
MISE AU POINT - Selon un récent sondage, la lutte contre "l’assistanat" apparaît comme une priorité pour une majorité de Français. Alors que cette question s’invite dans l’actualité de la campagne présidentielle, LCI se propose de déconstruire un certain nombre de préjugés répandus sur la lutte contre la pauvreté et la protection sociale en France.

S’il est un domaine où les idées reçues ont la vie dure, c’est celui de la lutte contre la pauvreté en France. Qui plus est en période électorale, où le système de protection sociale est en perpétuel débat. Alors que 71 % des Français estiment dans un récent sondage Ipsos-Sopra Steria que la lutte contre l’assistanat doit être une priorité, LCI revient sur un certain nombre de contrevérités...

  • 1La France, 5e puissance mondiale, est épargnée par la pauvreté

    FAUX. Quelque 8,8 millions de personnes, soit 14,3% de la population, vivaient sous le seuil de pauvreté de 1008 euros par mois en 2015, selon l'Insee.
  • 2Le RSA est beaucoup trop élevé en France

    FAUX. Le montant du revenu de solidarité active (RSA), qui remplace depuis 2009 le RMI et assure un revenu minimal, est actuellement fixé à 535 euros. Cela correspond à moins de la moitié du montant du SMIC fixé à 1.150 euros net, par mois en 2017.
  • 3Trop de gens en France bénéficient du RSA

    FAUX. Le taux de non recours au "RSA socle", c'est-à-dire le nombre de personnes qui au regard de leur situation pourrait prétendre à cette allocation mais n'en font pas la demande, s’élève en France à 30 % et à 68 % pour le "RSA activité" destiné aux personnes qui ont repris une activité partielle. La somme du RSA non versé aux ayants droit, se situe autour de six milliards d’euros.
  • 4La fraude aux prestations sociales est gigantesque

    VRAI ET FAUX. La fraude aux prestations sociales, qui regroupe les pratiques illégales visant à percevoir des aides, représentait 276 000 millions d’euros en 2015. Mais, rapporté à celui de ceux qui ne réclament pas le RSA auquel ils ont droit, une "économie de 6 milliards d'euros", ce montant est assez faible.
  • 5On peut gagner plus au RSA qu’au SMIC

    FAUX. Le RSA (535 €) est conçu pour ne pas dépasser 62 % du SMIC (1.150 €), avec un bonus en fonction du nombre éventuel d'enfants. En outre, toucher une aide complémentaire comme des allocations familiales (auxquelles toute famille a droit quels que soient ses revenus) entraîne automatiquement une diminution du montant du RSA.
  • 6Les bénéficiaires du RSA ont beaucoup d'avantages

    VRAI en partie. Transports en commun gratuits ou à tarif réduit, cantine moins chère pour les enfants, services de garde, tarifs sociaux de l'électricité... bénéficiaires du RSA et travailleurs (pauvres) au SMIC ont souvent accès aux mêmes aides car la plupart d’entre elles ne sont souvent pas attribuées en fonction d'un statut (par exemple, être au RSA) mais selon un niveau de revenu.
  • 7Les étrangers sont majoritaires parmi les bénéficiaires du RSA

    FAUX. 190.000 étrangers non communautaires touchaient ce qu'on appelle le "RSA socle" en 2015, selon les chiffres de la CAF, soit un peu plus de 13% de l'ensemble des bénéficiaires. Actuellement, seuls les réfugiés, les bénéficiaires de la protection subsidiaire et les apatrides, qui ne représentent qu’une petite minorité des étrangers non européens en France, peuvent toucher le RSA sans délai. Les autres doivent nécessairement disposer d’un titre de séjour permettant de travailler depuis au moins cinq ans pour bénéficier du RSA.
  • 8Le RSA ne concerne que la France métropolitaine

    FAUX. C’était en effet le cas en 2009 lorsque le revenu de solidarité active a été créé. Il a été étendu sous certaines conditions aux jeunes de moins de 25 ans en septembre 2010 (RSA jeune), puis dans les départements d'outre-mer (DOM) et certaines collectivités d'outre-mer (COM) à partir de janvier 2011, ainsi qu'à Mayotte en janvier 2012.
  • 9La France est plus généreuse avec les chômeurs que les autres pays d'Europe

    Financièrement, le Danemark est officiellement le "meilleur" pays européen pour les chômeurs. Il assure 90% des revenus en cas de chômage pour une durée pouvant s'étendre jusqu'à 104 semaines, soit deux ans, selon une étude paneuropéenne de 2016 réalisée en partenariat avec l'OCDE.
  • 10Les femmes seules avec enfants sont les principales bénéficiaires du RSA

    FAUX. En juin 2015, les hommes seuls sans enfant étaient plus de 600.000 en France à toucher le RSA socle seul, tandis que cette aide concernait presque 500.000 femmes seules avec enfant, et 275.000 femmes seules sans enfant.

Plus d'articles

Lire et commenter