Rumeur sur une folle alliance pour faire basculer Montpellier à droite

Rumeur sur une folle alliance pour faire basculer Montpellier à droite

DirectLCI
MUNICIPALES - Alors que le premier tour n’a pas livré son verdict, la campagne bruisse de folles rumeurs sur de drôles d’alliances qui se noueraient entre les deux tours. Pour faire basculer la ville à droite.

Le dissident socialiste Philippe Saurel qui conduit une liste Divers Gauche-Centre a beau démentir, mais rien n’y fait, le landerneau politique bruisse d’une folle rumeur : l’actuel adjoint à la maire de Montpellier en charge de la culture signerait un pacte avec Jacques Domergue, tête de liste UMP-UDI-MoDem pour faire battre Jean-Pierre Moure qui conduit la liste PS-EELV. "Depuis que Philippe Saurel a été humilié par Solferino qui a préféré une primaire interne militante qu’une primaire citoyenne, il a décidé de ne faire aucun cadeau. Il veut la défaite de Jean-Pierre Moure , il répète sans cesse qu’il sera en tête au premier tour", rapporte son directeur de campagne, Abdi El Kandoussi.

Des sondages créditent le dissident de 20% des voix. Philippe Saurel ferait-il alliance avec les "ennemis" de l’UMP-UDI et MoDem ? Intox, répétait-il à l’envie. Jusqu’à dimanche 16 mars, où l’inattendu Jacques Domergue a brisé l’omerta, en révélant qu’une alliance entre l’UMP-UDI-MoDem, la liste de Philippe Saurel et celle de France Jamet tête de liste du Front national n’était pas exclue au deuxième tour ! Info ou intox ? La surprise, c’est la venue du FN dans ce mariage mixte détonnant.

Discussions secrètes

Jacques Domergue a assuré que des discussions avaient déjà eu lieu pour préparer ce rapprochement spectaculaire, s’il s’avérait fondé. Des rencontres secrètes pour finaliser cette union, dont l’objectif est de mettre Jean-Pierre Moure en position défavorable et de faire basculer Montpellier à droite. Il n’est pas sûr que Philippe Saurel accepte de faire alliance avec le FN. Et depuis que Jacques Domergue a –volontairement ?- vendu la mèche, Philippe Saurel est mal à l’aise.

Le passé a prouvé qu’ avant les municipales de 2008, comme Hélène Mandroux avait refusé de prendre l’élu sur sa liste comme l’exigeait feu Georges Frêche, avant de se raviser et d’en faire son adjoint à l’urbanisme, puis à la culture, le dissident socialiste s’était tourné vers Jacques Domergue qui conduisait la liste de l’UMP pour une éventuelle bonne place sur la liste. Les deux hommes avaient discrètement déjeuné pour sceller une union qui avait finalement échoué, grâce à Hélène Mandroux qui avait donc repêché le "frêchiste" convaincu. "Il est une certitude, Domergue et Saurel se connaissent depuis longtemps, ils s’estiment beaucoup, pour le reste, avec les mœurs politiques, on ne sait jamais…", analyse un ponte du PS de l’Hérault.

Colistiers et militants perdus ?

Les colistiers et les militants seraient-ils perdus si cette alliance "contre nature" était scellée ? "Les hommes et les femmes qui ont choisi de rallier, les uns Philippe Saurel pour leurs convictions ancrées à gauche surtout, les autres Jacques Domergue, l’UDI et le MoDem, parce qu’ayant des affinités de droite et du centre seraient déçus d’une telle union et ne supporteraient pas de voir la candidate du FN s’inviter dans la course, si ce cas de figure se confirme après les résultats du premier tour, une véritable tornade pourrait semer la zizanie", souligne un proche de Philippe Saurel. Du coup, ce désordre d’entre deux tours pourrait profiter au socialiste Jean-Pierre Moure.

Lire et commenter