Samia Ghali : "Nous n'avons pas été compris par les Marseillais"

Samia Ghali : "Nous n'avons pas été compris par les Marseillais"

DirectLCI
MUNICIPALES – Seule socialiste à avoir gagné dans son secteur, Samia Ghali sauve la mise pour Parti socialiste aux abois après la défaite des municipales. Sans concession, la sénatrice fait le bilan de ces élections et réagit au remplacement de Jean-Marc Ayrault à la tête du gouvernement.

Vous remportez la mairie des 15e et 16e dans un contexte de débâcle pour le PS local. Quelle analyse faites-vous de ces résultats ?
C’est une très grande déception. Bien sûr qu’il y a un contexte national défavorable avec peut-être des erreurs au niveau local. Mais il faut prendre du recul, ne pas réagir à chaud. La réalité, c’est que nous n’avons pas été compris par les Marseillais.

Une réunion entre les cadres s’est tenue ce lundi. De quoi avez-vous parlé ?
Nous avions besoin de nous voir pour comprendre les raisons de la défaite et comment nous allions nous préparer à entrer dans l’opposition.

Selon Patrick Mennucci, les primaires socialistes n’ont pas eu l’effet escompté. Partagez-vous cet avis ?
Je préfère laisser la réflexion à ceux qui l‘ont faite.

Certains ont regretté que vous ne jouiez pas assez collectif…
Ça n’avait rien à voir avec le collectif. J’avais une élection à gagner, alors oui j’ai certainement joué sur mon nom, mais j’ai eu raison. Les résultats m’ont donné raison.

Justement, vous considérez-vous comme la nouvelle femme forte du PS local ?
Je n’aime pas ces mots de femme forte, de patron. Je suis une élue, une candidate qui a gagné. Je sais juste que je compte bien être présente dans le débat politique.

Vous êtes l’une des rares socialistes à avoir eu des mots durs contre le gouvernement. Regrettez-vous de ne pas avoir été écoutée ?
J’ai dit des choses qui se sont malheureusement concrétisées. J’espère que le message a été entendu. Il faut maintenant apporter des réponses à la situation de crise économique que subissent les Français. C’est le plus important. Quand vous avez des retraités qui ne payaient pas d’impôts et qui se retrouvent dans une situation délicate, il y a une incompréhension.

Jean-Marc Ayrault vient d’annoncer sa démission. Était-ce la solution ?
Je ne crois pas que ce soit une question de personne. Les Français n’en veulent pas à Jean-Marc Ayrault en particulier. Ils en veulent à la politique qui a été menée. Si on change juste les visages, la réponse ne sera pas satisfaisante.

Manuel Valls le remplace. Qu’en pensez-vous ?
Encore une fois, ce n’est pas un problème de personnes, mais plus d’orientation. Valls c’est bien, mais la question est de savoir ce qui va se passer et comment les Français vont sortir la tête de l’eau.

Un nouveau gouvernement va être nommé. Votre nom a été évoqué. Êtes-vous intéressée ?
En ce qui me concerne je ne discute avec personne de cela.

Mais seriez-vous intéressée ?
Je ne réponds pas à des questions qui ne se posent pas aujourd’hui.

Plus d'articles

Sur le même sujet