Second tour des municipales : 10 choses à savoir avant d'aller voter

Second tour des municipales : 10 choses à savoir avant d'aller voter

DirectLCI
ELECTIONS – La percée du FN, la vague bleue de l'UMP, abstention record et menace d'un remaniement... Les électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche pour un second tour des élections municipales aux enjeux multiples.

Le grand remue-ménage continue. Après un premier tour riche en surprises, les électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche pour rebattre définitivement les cartes dans les exécutifs locaux. Un scrutin complexe, car synonyme d'enjeux divers. Tour d'horizon en dix chiffres.

LES TEMPS FORTS

6.455. C'est le nombre de communes qui vont accueillir un second tour. Dans le détail, ce tour de scrutin concernera 1777 communes de plus de 1000 habitants et 4678 de moins de 1000 habitants.

201.921. Il s'agit du nombre total de candidats, dont 140.113 répartis sur 5005 listes concernant les communes de plus de 1000 habitants, et 61.808 pour celles de moins de 1000 habitants.

21. Grand gagnant du premier Tour , le FN est arrivé en tête dans 21 communes. 50,3% à Hénin-Beaumont, 44,9% à Béziers, 42,6% à Saint-Gilles, 40,3% à Fréjus... des scores inédits pour le parti frontiste qui espère transformer l'essai dimanche prochain. Mais si Marine Le Pen a déjà sonné "le glas du bipartisme", cette percée reste néanmoins à relativiser, le score moyen obtenu par le FN dans les 585 villes de plus de 1000 habitants étant de 14,8 %.

48. Avec 48 % des suffrages exprimés au niveau national dimanche dernier, l'UMP entend bien surfer sur une vague bleue . Déjà 30 villes de plus de 9000 habitants ont été raflées à la gauche, et le parti de Jean-François Copé entend bien récidiver par exemple à Amiens, Pau ou Narbonne. Mais surtout Toulouse et Strasbourg, deux bastions socialistes dont le basculement à droite serait lourd de sens.

Une heure. C'est la durée du débat qui s'est déroulé mercredi soir entre Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet . Un duel pour la mairie de Paris qui, s'il a tourné à la cacophonie, cristallise l'affrontement gauche-droite à l'échelle nationale. Sur le papier, la candidate PS part favorite : NKM a certes devancé d'1,2 point sa rivale, mais ses listes sont distancées dans les XIIe et XIVe arrondissements, stratégiques car gros pourvoyeurs de sièges à l'Hôtel de ville.

986. C'est le nombre de triangulaires qui vont se dérouler dans les communes de plus 1.000 habitants. Des quadrangulaires auront aussi lieu dans 207 communes et des pentagulaires (cinq listes en présence) dans 16 autres. Dans une commune de Polynésie, il y aura même six listes en concurrence, et des duels auront lieu dans 566 communes. Enfin, une liste unique sera en lice dans une seule commune, Morne-à-L'Eau, en Guadeloupe.

22. C'est l'âge de Robin Reda, le candidat UMP élu dès le premier tour à Juvisy-sur-Orge. Il fait ainsi tomber un bastion de la gauche, lui qui est bien parti pour décrocher la palme du plus jeune maire de France.

LES ENJEUX

31.500. Le chômage va-t-il peser au moment de mettre un bulletin dans l'urne ? Ce dernier a en effet augmenté en février, avec un bon de 31.500 inscrits chez Pôle Emploi. Un revers pour Matignon, dont l'opposition s'est aussitôt emparée : Jean-François Copé a immédiatement appelé les électeurs à "amplifier la sanction" dimanche dans les urnes. Le vice-président du Front national, Florian Philippot, y voit aussi "une raison supplémentaire de sanctionner sèchement le gouvernement".

36,45. Et si c'était elle, la clé du second tour ? Avec un taux définitif de 36,45 %, l'abstention a atteint un record dimanche dernier. En 2008 au premier Tour, ce taux s'était élevé à 33,46%. La mobilisation des abstentionnistes pourraient être cruciale, surtout que la majorité d'entre eux sont des électeurs de gauche.

69. Après les mauvais résultats du premier tour, un second revers pour l'exécutif devrait contraindre François Hollande à remanier le gouvernement. Et pour cause : près de huit sur dix (79%) appellent à une nouvelle équipe. Ils sont presque aussi nombreux (69%) à souhaiter un changement de Premier ministre dans la foulée des municipales. Réponse la semaine prochaine.  

Plus d'articles