Si elle est élue, Marine Le Pen compte taxer les "contrats d'employés étrangers"

Élections Européennes 2019

PRÉFÉRENCE NATIONALE - La candidate du Front national à l'élection présidentielle a annoncé dans une interview au journal "Le Monde" qu'elle appliquerait une "taxe additionnelle sur tout nouveau contrat d’employé étranger", dont les recettes seraient destinées à l'indemnisation des chômeurs.

Si Marine Le Pen prévoit de dévoiler son programme lors des "assises présidentielles" du 4 et 5 février, à Lyon, la candidate frontiste à la présidentielle a déjà annoncé, ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde, une nouvelle mesure : la taxation des nouveaux contrats d'employés étrangers.

La candidate, qui n'a pas précisé comment elle comptait mettre en place la mesure ni qui s'en acquitterait, a ajouté que la "recette" de cette nouvelle taxe serait "versée à l'indemnisation des chômeurs". Le dispositif en rappelle toutefois un autre, qui avait fait parler de lui au moment où la candidate frontiste l'avait énoncé : la fin de la scolarité gratuite pour les enfants d'étrangers, à qui serait demandée une contribution pour continuer à les scolariser. 

"Nous appliquerons la priorité nationale à l’emploi", a déclaré Marine Le Pen, qui n'a pas précisé le mécanisme et le montant précis de cette taxe sur les contrats signés par des employés étrangers. La candidate Front national a également affirmé sa volonté d'inscrire dans la constitution cette "priorité nationale", via un référendum. 

Lire aussi

En vidéo

Présidentielle: Marine Le Pen ne propose plus le rétablissement de la peine de mort

Lire et commenter