Sondage Municipales 2014 : Klein, l'homme qui pourrait faire basculer Nancy à gauche

Sondage Municipales 2014 : Klein, l'homme qui pourrait faire basculer Nancy à gauche

DirectLCI
MUNICIPALES - La ville de Nancy pourrait basculer à gauche selon les derniers sondages. Le socialiste Mathieu Klein l'emporterait de peu face à la droite,

Nancy avec un maire de gauche pour la première fois de son histoire. L’hypothèse gagne en crédit au fil des sondages qui donnent le socialiste Mathieu Klein , 38 ans, vainqueur au second tour des municipales avec  51% des intentions de vote contre 49% pour Laurent Hénart, 45 ans, centriste, candidat UMP-UDI-Modem , éternel héritier d’André Rossinot, 75 ans, 45 ans de mandat dont 30 comme premier magistrat, qui décroche sans décrocher vraiment. Il est en effet annoncé à la présidence de la communauté urbaine, si son poulain est élu.

Cette fausse sortie, raillée par ses adversaires, est aujourd’hui identifiée comme l’un des problèmes que doit gérer Laurent Hénart. Il doit en effet assumer un bilan dont il est comptable, deux défaites consécutives aux régionales et aux législatives et, enfin, cette tutelle indissociable de sa vie politique. Pressé jusque dans son propre camp de clarifier ses intentions, André Rossinot a assuré qu’il quitterait la présidence à la mi-mandat.

La fin de l'ère Rossinot

Cette élection est aussi un face à face entre deux hommes. Aucun candidat ne s’interposera, car à Nancy, contrairement à Metz et à Strasbourg, le Front national crédité de 8% au 1er tour avec une tête de liste de 23 ans inconnu au bataillon et une liste péniblement, ne jouera pas les trouble-fêtes.
Le centriste proche de Jean-Louis Borloo et le socialiste, proche de Martine Aubry, ont débuté leur vie militante dès l’adolescence.

Les deux hommes se connaissent bien. Ils étaient face à face aux législatives de 2007. Laurent Hénart, député sortant avait été élu avec 50, 80% des suffrages. Mais le temps a passé depuis et Nancy s’est légèrement déportée sur sa gauche. En 2008, André Rossinot est réélu face à une socialiste quasi inconnue. L’avantage de 2 639 voix est suffisant mais étriqué. En 2012, Laurent Hénart perd son poste à l’Assemblée nationale face à Chaynesse Khirouni qui joue aujourd’hui les premiers rôles auprès de Mathieu Klein. Cette fois Nancy semble prête à basculer.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter