Quel est le mystérieux sondage qui donne Hamon devant Le Pen au 2e tour ?

Élections Européennes 2019
SONDAGES - En grande difficulté dans les enquêtes d'opinion, Benoît Hamon et son entourage ont indiqué à plusieurs reprises que le candidat socialiste battrait Marine Le Pen s'il parvenait au second tour. Une façon de dire que le scénario de la présidentielle n'est pas écrit. Pourtant, on serait bien en peine de trouver un sondage publié sur la question. Voici pourquoi.

En pleine tourmente, confronté aux défections au sein de son camp, Benoît Hamon n'a plus que quatre semaines pour réécrire le scénario de la présidentielle. Le candidat socialiste, crédité de 10 à 11 points dans les plus récentes intentions de vote, est désormais distancé par Jean-Luc Mélenchon, et semble bien loin du second tour. 


A juste titre, l'équipe du candidat explique toutefois qu'aucun scénario n'est écrit d'avance, surtout dans cette élection. Mais pour tenter de changer la perception de la campagne, elle a invoqué à plusieurs reprises le fait qu'en cas de qualification pour le second tour, Benoît Hamon arriverait loin devant Marine Le Pen. Problème : on ne trouvera aucune trace d'un sondage publié sur la question.

Une législation contraignante

Et pour cause : il existe une réglementation qui prive une partie des candidats à la présidentielle de toute hypothèse de second tour. En effet, comme le mentionne la loi, avant le premier tour, "tout sondage relatif au second tour d’une élection doit être publié ou diffusé en même temps qu’un sondage de premier tour". Traduction : l'enquête devra privilégier les finalistes potentiels sur la base du test de premier tour. Dans le scénario actuel, exit, donc, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et les candidats placés derrière eux dans les intentions de vote. Vous ne trouverez, en termes de projection de second tour, que des scénarios du type Macron-Le Pen ou Fillon-Le Pen. Et encore. 


"La jurisprudence de la Commission des sondages interdit de publier des hypothèses de second tour qui ne serait pas réalistes au vu des hypothèses du premier", clarifie Frédéric Micheau, directeur d'études à l'institut OpinionWay, sollicité par LCI. La marge d'erreur usuelle étant de plus ou moins 3%, cela disqualifie pour l'heure le candidat de La France insoumise comme celui du Parti socialiste. Pourquoi une réglementation si stricte ? "En 2002, avec la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour, des critiques avaient été formulées à l'égard des instituts qui n'avaient envisagé que l'hypothèse d'un second tour Jospin-Chirac", raconte Frédéric Micheau. "En 2007, à l'inverse, les sondages avaient été critiqués pour avoir testé de nombreux scénarios de second tour."

En vidéo

Sondage LCI : Macron et Le Pen à égalité au premier tour , Fillon toujours distancé

Pas de publication, mais...

La préoccupation du législateur est simple : les simulations de second tour risquent d'affecter la sincérité du vote du premier tour en orientant le choix des électeurs. A défaut d'interdire toute publication d'étude d'opinion de second tour avant le soir du premier, la Commission des sondages a donc arbitré cet entre-deux : ne fournir que des scénarios "crédibles".


Et le fameux sondage de Benoît Hamon ? Si les instituts et les médias n'ont pas le droit de publier ou de diffuser l'hypothèse d'un second tour Hamon-Le Pen, cela ne les empêche pas d'en réaliser ou de s'en faire commander. L'équipe Hamon a donc sollicité un institut sur cette question. A entendre l'une de ses porte-paroles, le résultat place Benoît Hamon devant Marine Le Pen, dans des proportions proches de celles réalisées en cas de duel Macron-Le Pen. Ce scénario est "régulièrement testé", nous précise même l'entourage du socialiste. Qui peut donc s'en prévaloir... sans pouvoir le publier. "En effet, Benoît Hamon est devant", nous confirme simplement le patron de l'institut concerné. 


L'équipe Hamon n'est pas la seule à faire réaliser ce sondage en interne. Un autre institut, sollicité par LCI, a déjà réalisé à plusieurs reprises la simulation du match Hamon-Le Pen. Le résultat est un peu plus serré, mais le candidat socialiste est toujours devant. "On peut faire l'hypothèse que le candidat socialiste aurait la même capacité à bénéficier du 'front républicain' face au FN que les autres candidats testés", analyse un sondeur. 

Fillon à la frontière de la "marge d'erreur"

Conclusion : pour bénéficier d'un scénario de second tour susceptible d'être diffusé, Jean-Luc Mélenchon comme Benoît Hamon devront entrer dans le champ de la "marge d'erreur", en avoisinant près de 18% ou plus d'intentions de vote dans les semaines qui viennent.


Ce qui pose une autre question : François Fillon, crédité de 17 à 19% selon les sondages, va-t-il bénéficier encore longtemps des simulations de second tour ? Pour Frédéric Micheau, d'OpinionWay, il se situe désormais "à l'extrême limite de la marge d'erreur". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter