Soutiens d'Anne Hidalgo : un puissant réseau dans les pays du Sud

Soutiens d'Anne Hidalgo : un puissant réseau dans les pays du Sud

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris, a présenté lundi soir à l'Alhambra son comité de soutien. Parmi le millier de noms évoqués, la candidate d'origine espagnole a mobilisé de nombreux élus socialistes méditerranéens et d'Afrique subsaharienne, beaucoup moins pour l'instant en Europe du Nord.

Bertrand Delanoë, l'homme de Bizerte (Tunisie), n'a jamais rechigné à évoquer ses nombreuses attaches dans les pays méditerranéens. Anne Hidalgo, française revendiquant ses racines espagnoles, semble s'inscrire dans la même tradition politique que son mentor.

La candidate PS à la mairie de Paris, qui a présenté lundi soir à l'Alhambra près d'un millier de personnalités du monde culturel, associatif, scientifique mais aussi politique, compte parmi ses soutiens de nombreux élus socialistes des pays du Sud, européens ou africains. A l'inverse, les soutiens politiques d'Europe du Nord ne sont pas légions.

Des "amis" en Espagne et au Portugal

D'Espagne, Anne Hidalgo a reçu la caution morale de deux anciens membres du gouvernement Zapatero : l'ex-ministre des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos et l'ex-porte-parole du gouvernement Maria Teresa Fernandez de la Vega. Elle a aussi reçu l'appui très symbolique de Susana Diaz Pacheco, la présidente de la région d'Andalousie, sa terre natale, ainsi que de l'ancien ministre et directeur général de l'Unesco, Frederico Mayor.

Au Portugal voisin, la candidate socialiste peut compter sur l'influent maire de Lisbonne depuis 2007, Antonio Costa, confortablement réélu en septembre dernier. Luis Amado, ex-ministre des Affaires étrangères portugais, apparaît également dans le comité de soutien. Enfin, en Europe méditerranéenne, la candidate peut compter sur l'amitié d' Ignazio Marino, le tout nouveau maire démocrate de Rome élu en juin 2013.

Le gros des troupes dans les pays africains

Mais c'est sur le continent africain que l'élue socialiste a mobilisé le plus grand nombre de soutiens, rattachés pour la plupart à l'Internationale socialiste . Anne Hidalgo peut ainsi se prévaloir de l'appui de plusieurs édiles : ceux de Louga, de Dakar et de Saint-Louis (Sénégal), mais aussi Fathallah Oualalou, le maire de Rabat (Maroc) ou encore Mohammed Sajid, président du conseil de la ville de Casablanca (Maroc). Le réseau de soutien à Anne Hidalgo s'étend jusqu'en Mauritanie, au Burkina Faso ainsi qu'au Cameroun avec la maire de Bagangte, Célestine Ketcha Courtes.

Sur le continent américain, la candidate socialiste a reçu le soutien de poids de Caroline Toha, maire de Santiago et figure de la gauche chilienne derrière la présidente Michelle Bachelet.

Moins de soutiens à ce jour en Europe du Nord

En Europe du Nord, Anne Hidalgo totalise pour l'instant assez peu de soutiens : trois personnalités suisses dont l'ancien maire de Genève (Suisse) Manuel Tornare et l'ancienne présidente de la Confédération suisse Micheline Calmy-Rey, mais aussi le bourgmestre de Liège (Belgique) Willy Demeyer. 

"Le grand nombre d'élus du Sud peut s'expliquer par la politique de coopération de la Ville de Paris avec de nombreux pays africains mais aussi par les liens individuels noués par Anne Hidalgo, explique Rémi Féraud, porte-parole de la candidate et patron de la Fédération du PS parisien. D'autres noms devraient s'ajouter à la liste, y compris en Europe du Nord". Anne Hidalgo devrait ainsi recevoir, très prochainement, l'appui officiel du maire de Berlin depuis 2001, Klaus Wowereit, mais aussi du maire de Bruxelles, Freddy Thielemans.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter