Strasbourg : Jean-Luc Schaffhauser vire au Bleu Marine

Strasbourg : Jean-Luc Schaffhauser vire au Bleu Marine

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES - Jean-Luc Schaffhauser ex-UMP est aujourd’hui candidat à Strasbourg sous l'étiquette du Rassemblement Bleu Marine, sans avoir franchi le pas de l’adhésion au Front national.

A Strasbourg le centre est à géométrie variable. Roland Ries, maire sortant et social-démocrate revendiqué a cette culture centriste. Tout comme Fabienne Keller et François Loos, ex UDF et reconvertis la première à l’UDI. Un quatrième candidat à la mairie vient de cette galaxie. Il s’agit de Jean-Luc Schaffhauser ex CDS , puis ex-UMP et aujourd’hui candidat du Rassemblement Bleu Marine, sans avoir franchi le pas de l’adhésion au Front national.

L’ancien attaché parlementaire des sénateurs CDS Marcel Rudloff et Pierre Schielé se dit "un centriste conservateur social" et théorise la compatibilité de son pédigrée politique avec son engagement auprès de Marine Le Pen. "Elle s’en prend au collectivisme fiscal, au libéralisme libertaire du mondialisme, elle est pour les valeurs de toujours que sont la patrie, la nation….autant de positions centristes", ose-t-il. Le Front national affiche son ambition en Alsace, où il rencontre une audience particulièrement forte dans les campagnes très conservatrices.

Le parti de Marine Le Pen à la peine

A Strasbourg le parti frontiste est à la peine. A la présidentielle de 2012, Marine Le Pen n’a fait que 5,6 % alors qu’elle affichait 43 % à Uttenhoffen, commune de 180 habitants à quarante kilomètres à peine de la capitale alsacienne. Le choix d’une tête de liste atypique dans une ville où il se dit que tout se joue au centre sera-t-il en mesure de séduire les Strasbourgeois.

Les premiers sondages esquissent un léger frémissement. Pas plus. Jean-Luc Schaffhauser, aujourd’hui consultant en coopération internationale obtiendrait  7% des suffrages au premier tour. Mais il n'en démord pas. "Le Rassemblement Bleu Marine sera présent au second tour", affirme-t-il. Ce scénario serait catastrophique pour la droite confrontée à une triangulaire, voire même une quadrangulaire si François Loos passe la barre des 10 % et se maintenait. Peu probable, mais le risque existe. Jean-Luc Schaffhasuer tiendrait alors sa revanche sur cette droite qui ‘a pas su l’entendre.

Lire et commenter