Suppression de l'ISF, financement de son meeting... Emmanuel Macron a répondu à vos questions

FACEBOOK LIVE - Le candidat à l'élection présidentielle a répondu à vos questions à l'issue de l'émission Vie Politique sur TF1. Il s'est expliqué notamment sur l'argent de sa campagne. Comment a-t-il financé son meeting géant de samedi ? Voici sa réponse.

C'est désormais une tradition de l'émission : l'invité de Vie Politique répond pendant dix minutes à des questions d'internautes. Ce dimanche, Emmanuel Macron s'est plié à l'exercie des questions directes.  L'ancien banquier est notamment revenu sur le financement de son parti et de son meeting tenu samedi 10 décembre à Paris qui s'élève, selon l'intéressé, à plus de "400 000 euros", soit "moins que le meeting de la belle alliance qui avait rassemblé moins de monde". Comment a-t-i payé une telle somme ? Grâce aux dons de 11 000 donateurs. L'ancien ministre de l'Economie a expliqué que son mouvement En Marche ne disposait en effet "d'aucune subvention publique" . 



"Tout ce qui nous fait vivre, ce sont nos dons" a affirmé Emmanuel Macron, rappelant au passage à ses partisans que "si vous ne donnez pas, on ne pourra plus faire de meeting". 


Autre sujet évoqué, la suppression ou non de l'Impôt sur la Fortune (ISF) sur lequel il était resté vague jusqu'à présent. L'ancien ministre a précisé qu'il était "contre le fait de taxer la réussite". Il a indiqué qu'il "supprimerait la part taxée du capital productif, c'est-à-dire ce que vous mettez dans l'économie", tout en continuant de "taxer la rente immobilière".  

Lire aussi

"Ne pas céder aux tentations médiatiques"

Concernant le mariage pour tous, réforme forte du quinquennat Hollande, le candidat a assuré qu'il ne reviendrait pas sur cette mesure. Il s'est également exprimé sur le dossier houleux de Notre-Dame-des-Landes, en expliquant "être pour le respect de la démocratie". "Celle-ci a dit oui [au projet], je suis donc pour l'appliquer". 


Enfin, Emmanuel Macron est revenu sur l'importance d'une "certaine rareté de parole de la part d'un chef de l'Etat. "Le président ne doit pas intervenir sur tout. Il ne doit pas céder à toutes les tentations médiatiques" a-t-il continué, ajoutant qu'il était de son rôle "d'accepter de déléguer". 

En vidéo

Vie Politique - Emmanuel Macron, présentation d'un candidat en marche vers la présidentielle

En vidéo

Le lapsus d'Emmanuel Macron : "Quand j'étais président..."

En vidéo

Vie Politique : ce que pensent les Français d'Emmanuel Macron

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter