Toulon attend toujours le bus

Toulon attend toujours le bus

DirectLCI
MUNICIPALES – Toulon a la mer et le soleil, mais manque cruellement de transports en commun. Le projet de tramway pensé à la fin des années 1990 s’est transformé en bus à haut niveau de service. Mais la mairie actuelle ne l’a pas encore réalisé. Et de nombreux candidats, à gauche, proposent le retour du tramway. Quant aux travaux, ils n’avancent guère.

Ça y est, c’est creusé : le deuxième tube du tunnel autoroutier de Toulon, sens Marseille-Nice, a été inauguré jeudi 27 février en présence du ministre des Transports Frédéric Cuvillier. Mis en circulation le 19 mars prochain, il devrait fluidifier la circulation dans le centre-ville.

Mais le tube a un autre avantage, selon Yannick Chenevard, vice-président de la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM) : "Il va nous permettre de libérer en surface une voie et demie de circulation" afin de réaliser les travaux de l’arlésienne toulonnaise. A savoir : le bus à haut niveau de service (BHNS). Car si le tunnel a nécessité sept ans de travaux, il y a maintenant 14 ans que le projet de transport en commun en site propre (TCSP) terrestre est lancé.

Un tramway ou un bus ?

À la fin des années 1990, Toulon et les communes limitrophes optaient pour la mise en place d’un tramway. En 2000 est publié le premier arrêté préfectoral portant déclaration d’utilité publique (DUP) pour sa réalisation. Mais, en 2007, revirement : TPM, à la tête de laquelle se trouve le maire de Toulon Hubert Falco (UMP), abandonne le tram sur rail au profit d’un tram sur pneus. Puis, en 2008, s’oriente vers un BHNS. Un changement d’aiguillage pour raisons économiques, explique Yannick Chenevard : "Le tramway coûte 475 millions d’euros, le BHNS 360 millions. Et le fonctionnement est lui aussi moins onéreux."

Faux, rétorque l’association Toulon avenir . Du moins en partie :"Le bus est certes moins cher que le tramway à l’achat. Mais le coût de fonctionnement, au passager transporté, est deux fois moindre pour le tram. Le différentiel serait absorbé en moins de 10 ans, pour un service de meilleure qualité", estime Valentin Gies, président de Toulon avenir. Son association tire donc sur le frein pour que TPM revienne au projet initial. En 2012, elle a fait annuler par le tribunal administratif trois décisions de la communauté d’agglomération. Motif : la déclaration d’utilité publique de 2005 portait sur un projet de tramway, et c’est un BHNS qui est en train d’être réalisé.

Un parking vide

Les opposants déclarés à Hubert Falco profitent de la querelle pour faire des transports en commun un enjeu des municipales : le socialiste Robert Alfonsi comme André De Ubeda, du Front de gauche, ont inscrit le retour du tramway dans leurs promesses de campagne.

Mais ces revirements et conflits ne permettent guère l’avancée des travaux. Toutefois, un parking relais de 300 places a été inauguré en septembre 2013 entre Ollioules et Toulon. Les habitants peuvent y laisser gratuitement leur voiture et prendre les transports en commun pour se rendre en centre-ville. Le hic : faute de véritable TCSP à emprunter, ce parking reste désespérément vide. Il a coûté 6,5 millions d’euros.

Plus d'articles

Sur le même sujet