Toulon : le FN veut rallumer la flamme

Toulon : le FN veut rallumer la flamme

DirectLCI
MUNICIPALES – Ils ont géré Toulon de 1995 à 2001. Depuis, le Front national est en cale sèche. 2014 sera-t-elle l’année du retour du parti de Marine Le Pen ? C’est en tout cas ce qu’espère son candidat, le contre-amiral Jean-Yves Waquet.

Le contre-amiral Jean-Yves Waquet y croit dur comme fer : "ceux qui sont bien informés savent que je suis le principal challenger d’ Hubert Falco , j’arriverai devant les socialistes", assure le candidat du Front national de Toulon. Si tel était le cas, ce conseiller régional ranimerait la flamme de son parti qui vacille depuis la défaite de Jean-Marie Le Chevallier, maire de 1995 à 2001. Cette année-là, le parti de Marine Le Pen avait fait 5 % aux élections municipales. En 2008, il ne faisait guère mieux avec 6,5% des voix.

Ces résultats sont sûrement liés à la gestion frontiste de la ville. Le Chevallier a laissé en souvenirs nombres de déboires politico-judiciaires, comme sa condamnation pour subornation de témoins dans l’affaire du meurtre de son directeur de cabinet Jean-Claude Poulet-Dachary. Par ailleurs, l’association Jeunesse toulonnaise, gérée par son épouse Cendrine Le Chevallier, a affiché en 2001 un trou de l’ordre de 15 millions de francs dans sa comptabilité. Il faut ajouter à cela un endettement important de la ville et des conflits fratricides entre disciples de Jean-Marie Le Pen et sympathisants de Bruno Mégret.

Des résultats en progression ?

Qu’importe. Jean-Yves Waquet soutient que "beaucoup de gens pensent qu’il n’y a rien eu de particulièrement catastrophique dans la gestion de la ville par le FN. Et sur les marchés, les gens sont plutôt positifs. Vous verrez, les résultats seront en très forte progression par rapport à 2008". Il faut une condition à cela : ne pas retomber dans les affaires avant même le premier tour des municipales.

En janvier, le contre-amiral Waquet a dû se défaire de son directeur de campagne, Robert Falce condamné entre autres pour d’abus de confiance, vols, faux, usage de faux, soustraction de biens publics et escroquerie par personne chargée d’une mission de service public. "J’ai pris ce monsieur en fonction de son CV, explique le candidat du Front. Mais il ne m’avait pas parlé de ses petits problèmes".

Des épines dans le talon du Front

Autre épine dans le talon du Front : la liste " Toulon, famille, avenir ", qui risque de ratisser sur le terrain d’ordinaire dévolu à l’extrême droite. En effet, cette liste est une émanation d’une association qui a participé activement à la lutte contre le mariage pour tous. "C’est une liste parasite créée par un homme instable politiquement. Cela ne m’inquiète pas du tout, affirme Jean-Yves Waquet. Dans mon programme, j’ai pleinement pris en compte la question de la famille traditionnelle".
 

Lire et commenter