Toulon : les municipales ne mobilisent pas les électeurs

Toulon : les municipales ne mobilisent pas les électeurs

DirectLCI
ELECTIONS – A un mois du premier tour des élections municipales, Metronews s’est rendu à Toulon par une belle après-midi ensoleillée pour prendre le pouls de la ville. Les habitants croisés place de la Liberté, au cœur de la cité, oscillent entre enthousiasme, critique et dégoût de la politique.

Caroline est catégorique : "J’espère qu’Hubert Falco va être reconduit. Il est dynamique, et il s’investit vraiment pour sa ville". Le souhait de cette étudiante en droit à la fac de Toulon, abordée place de la Liberté où elle profitait de quelques rayons de soleil, n’est pas vraiment une surprise : quelques instants plus tôt, Caroline confiait être membre des Jeunes populaires. Mais que pense cette jeune militante de l’absence de candidature officielle de son mentor ? "Il la déposera début mars, comme tous les maires sortants", assure-t-elle.

À Marseille, Jean-Claude Gaudin a annoncé sa candidature le 21 novembre dernier. Mais Hubert Falco, élu et réélu sans coup férir en 2001 et 2008, semble à ce point sûr de lui qu’il ne se presse guère. "Ici, aux élections, il ne devrait pas y avoir de surprise", lance un Toulonnais d’une cinquantaine d’années sans même s’arrêter.

"Ça manque de logements sociaux"

Toutefois, certains Toulonnais rencontrés ne manquent pas de critiquer ouvertement le maire et la politique menée lors de ses deux mandats. Se promenant bras dessus bras dessous avec ses amies, une dame d’un certain âge avance que "la ville est propre, et l’on s’occupe bien des seniors. Il y a beaucoup de voyages organisés". Elle marque une pause, puis se lance : "Cela dit, ça manque de logements sociaux. Il y a 15 ans que j’attends un HLM, je n’ai jamais été contacté. À 73 ans, je suis encore hébergée. On est reçu avant les élections mais après, il n’y a plus rien".

Moins énervée mais tout aussi ferme, une dame originaire d’Alsace confie qu’elle "attend du mieux, surtout en termes d’animation. Le week-end, on s’ennuie à Toulon, et c’est pour ça que les jeunes partent".

Dans les rues de la ville, il est toutefois plus question de politique nationale que d’enjeu local. Les mauvais sondages dont gouvernement fait l'objet pourraient ainsi jouer en faveur du (pas encore) candidat Falco. Une Toulonnaise "écœurée" assure qu’elle va "voter blanc" : "Falco a fait de bonnes choses, mais je ne voterai pas pour lui, je ne suis pas de son bord. Mais je ne voterai pas socialiste non plus, je suis dégoûtée par la politique menée par François Hollande". Un vote sanction, donc. Dont Hubert Falco pourrait profiter.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter