Toulouse : aux urnes jardiniers !

Toulouse : aux urnes jardiniers !

DirectLCI
MUNICIPALES - L'élection du maire de la ville jardinée, qui se tiendra samedi, entend sensibiliser le grand public et les candidats au Capitole sur la problématique des espaces cultivés dans la ville.

Une élection peut en cacher une autre. Elisa Laffon, 23 ans, brigue avec une poignée de copains réunis sur la liste "C'est vert, avançons", l'écharpe de maire de la ville jardinée. Sur leur programme, au milieu de quelques propositions loufoques, telles que "remplacer tous les parcmètres par des arbres", se cachent des idées beaucoup plus sérieuses: "faire plus de jardins sur les toits" ou encore "investir davantage dans les façades végétalisées". "C'est l'occasion de faire passer de vrais messages de façon légère, explique Elisa. Sinon, cela n'intéresserait personne." Les destinataires de ces propositions? Le grand public, certes, mais aussi les candidats à l'élection municipale.

C'est l'association Partageons les jardins!, animatrice du réseau de jardins collectifs de la région toulousaine, qui a eu l'idée de cette élection fictive, sans mandat à la clé. "Le but est de donner un écho aux idées des citoyens mais également à notre Appel pour un Elan jardinier qui regroupe les propositions de l'association pour un territoire jardiné, vivant et solidaire", explique Alice Thouvenin. "La ville de Toulouse s'est impliquée dans la création de jardins collectifs, mais pour les faire vivre et faire naître de nouvelles initiatives, il faut aller plus loin", affirme la responsable de Partageons les jardins!

"Un apport immense sur les plans économique et social"

Parmi les propositions de l'association : réserver dans chaque nouveau projet urbain de la place pour des espaces "cultivés", renforcer les moyens humains et matériels dans les services municipaux dédiés à ces questions pour simplifier la mise en œuvre des jardins partagés ou encore débloquer les ressources nécessaires à l'animation des jardins collectifs déjà créés.

"Les candidats doivent prendre conscience de l'apport immense de ces jardins partagés, tant sur le plan économique que social, insiste Alice Thouvenin. Ce sont des lieux de rencontre, accessibles à tous, où l'on co-construit un projet avec ses voisins…" A terme, l'association aimerait ainsi que chaque Toulousain puisse avoir un bout de terre à cultiver. Ses propositions ont d'ores et déjà été soumises aux candidats aux élections municipales. Pour le moment, seuls les Verts ont accepté de les intégrer à leur programme. Pour "marquer [son] adhésion", Michèle Bleuse, tête de liste d'EE-LV avec Antoine Maurice, est même allée jusqu'à présenter sa "candidature symbolique" à l'élection du maire de la ville jardinée. "A l'heure actuelle, les jardins et espaces verts ne représentent que 8 à 9 % de la superficie de la ville, quand ils atteignent 16% à Rennes ou à Nantes. Nous avons encore du retard à rattraper."
 

Sur le même sujet

Lire et commenter