Un candidat FN assimile les Roms à une "lèpre"

Un candidat FN assimile les Roms à une "lèpre"

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Dans un texte publié sur son blog, Paul-Marie Coûteaux, candidat FN dans le 6e arrondissement, compare les Roms à la "lèpre", parle "d'invasion" et juge que ces populations "rompent" l'esthétique du quartier. L'un de ses passe-temps : les photographier.

Paul-Marie Coûteaux a une (sérieuse) dent contre les Roms et il le fait savoir. Sur son blog , dans un message en date du 19 février et relevé ce lundi par l'AFP, le candidat FN du 6e arrondissement de Paris livre ses réflexions sur la présence de ceux qu'il nomme les "romanichels" dans le quartier où il se présente.

"Je me prends à les photographier lorsque j'en croise un trop grand nombre, aux fins de les mettre en ligne ici, serait-ce seulement pour apaiser la rage que me donne le spectacle désolant de ces femmes, de ces enfants, et quelquefois de ces familles entières qui, dans un état d'abandon indescriptible, parsèment l'arrondissement, l'amochent de part en part, et rompent le charme de la moindre promenade", livre en préambule le candidat FN, président du microparti Souveraineté, indépendance et libertés et ancien conseiller de Philippe Séguin. Le sujet est une préoccupation des habitants, assure le candidat : "hier encore, écrit-il, E.F., habitante pour ainsi dire institutionnelle du quartier, m'a fièrement dit avoir écrit à M. le Maire pour lui demander ce qu'il compte faire contre cette lèpre, répétant qu'elle attend sa réponse 'de pied ferme'."

"Invasion"

Après plusieurs photos faisant figurer des personnes assises sur des matelas à même le trottoir, Paul-Marie Coûteaux dénonce l'entrée de la Roumanie dans l'Union européenne puis juge "indigne" de la "dignité nationale" que "les passants ne jettent pas un regard sans que personne ne se scandalise". Avant de se lancer dans une diatribe littéraire : "Du fait que des familles entières s'installent au milieu de nos rues avec leurs bouts de lit rouillés, leurs matelas, leurs cabas, de cette saleté et des épidémies qu'elle ne manquera pas de provoquer, de cette marée montante de la barbarie grise, nul ne se sent responsable."

Mettant en cause le maire (UMP) du 6e et le ministre de l’Intérieur, Paul-Marie Coûteaux juge enfin que "l'invasion" des Roms pose également un problème "d'ordre esthétique" pour l'arrondissement. Avant d'estimer, dans un passage ambigu, que le Manuel Valls ne peut rien faire "à part concentrer ces populations étrangères dans des camps, où la vie serait sans doute si peu conforme à ce qu'elles escomptaient du voyage qu'elles préféreraient déguerpir d'un territoire aussi inhospitalier". Lundi soir, le candidat FN a assuré qu'il n'avait aucune intention de construire des camps. "Je suis catholique et romain, a-t-il expliqué. Je ne mets pas des gens dans des camps, ça ne se fait plus depuis longtemps."

En décembre, Paul-Marie Coûteaux avait été piégé par Le Supplément de Canal + lors d'une scène le présentant comme le "recruteur" du Front national. 

Plus d'articles

Lire et commenter