VIDÉO - Vallaud-Belkacem, Cosse, El Khomri et Azoulay, que pourraient faire ces ministres en cas de défaite de la gauche ?

DirectLCI
RECONVERSION - Certains ministres du gouvernement commenceraient déjà à réfléchir à leur avenir en cas de défaite de François Hollande aux présidentielles. Petit tour d'horizon.

Alors que la présidentielle s’approche à grand pas, certaines ministres pensent déjà à leur reconversion. En cas de défaite de François Hollande, quatre ministres envisageraient un retour sur les bancs de l’Assemblée nationale. C’est le cas de Najat Vallaud-Belkacem, Emmanuel Cosse, Myriam El Khomri et Audrey Azoulay. 

La ministre du Travail Myriam El Khomri chercherait, en cas d’une défaite de la gauche à la présidentielle, à briguer le siège de député pour le 18ème arrondissement de Paris. La ministre du Travail avait peur d’être boycottée par la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui n’est pas une fan de la Loi Travail. Pourtant, elle aurait donné son accord à Myriam El Khomri.


Sa collègue à la Culture, Audrey Azoulay, serait elle aussi tentée par un poste de député. Pourtant, cette haute fonctionnaire n’a jamais brigué de mandat législatif. Le discours de son président à la Salle Wagram l’aurait fait changer d’avis. Elle avoue en privé avoir été touchée par la grâce ce jour-là. 


La ministre de la Culture souhaite se présenter à Paris et plus précisément, dans la 6ème circonscription. Le problème, c’est que la maire de Paris s’opposerait aux plans d’Audrey Azoulay, surtout que cette circonscription est la chasse gardée de la candidate EELV, Cécile Duflot.


De son côté, la ministre du Logement Emmanuel Cosse penserait au Val-de-Marne pour se présenter aux législatives en cas de défaite. Elle aurait déjà commencé à tâter le terrain auprès des élus du département.

Cela fait longtemps que la ministre de l’Éducation nationale prépare ce retour et elle ne s’en cache pas. Elle aimerait briguer un poste de député dans la circonscription de Villeurbanne, une ville qu’elle connaît très bien.  Le président de la métropole lyonnaise, Gérard Collomb, serait d’ailleurs prêt à l'aider. Après sa sortie de Science Po, Gérard Collomb l’avait prise sous son aile et lui avait donné un coup de main pour le début de sa carrière. Il pourrait en faire autant en cas de défaite de la gauche en mai prochain.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter