VIDÉO - Candidature, politique européenne : Eric Zemmour prend ses distances avec le Rassemblement national et Marine Le Pen

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
CHOIX - L'essayiste, invité de LCI avec Daniel Cohn-Bendit lundi 13 mai au soir, a confirmé que le Rassemblement national lui avait proposé de figurer en troisième place de sa liste aux élections européennes. Il a expliqué avoir refusé pour "continuer [son] combat culturel".

Eric Zemmour aurait bien pu figurer en troisième position sur la liste du Rassemblement national aux élections européennes. L'essayiste a confirmé lundi 13 mai les informations de L'Express selon lesquelles Marine Le Pen lui avait bien fait cette proposition. Proposition qu'il a refusée, car il avait "envie de continuer un combat culturel et idéologique " et parce qu'il ne souhaitait pas "envie de rentrer dans une bataille électorale."

"Je suis favorable à un grand rassemblement des droites, et même des populistes, donc ça ne m'intéressait pas d'être sur une liste partisane"

"Je n'avais pas envie d'être dans une boutique partisane", a poursuivi Eric Zemmour, invité de La Grande Confrontation ce lundi soir sur LCI. "Je suis favorable à un grand rassemblement des droites, et même des populistes, donc ça ne m'intéressait pas d'être simplement sur une liste partisane", a-t-il ajouté. "En plus, je ne me voyais pas député européen", a-t-il conclu. "Donc, pour des tas de raisons, j'avais envie de continuer un combat culturel et idéologique. Je pense qu'aujourd'hui, c'est ce qu'il y a de plus important."

En vidéo

"Vous êtes hypocrite et faux-cul" : première passe d'arme entre Daniel Cohn-Bendit et Eric Zemmour

De plus, l'essayiste semble avoir également des divergences d'opinion avec la présidente de l'ancien Front national. Alors qu'il fustigeait l'absence de convergence fiscale et sociale au sein de l'Union européenne, Daniel Cohn-Bendit lui a fait remarquer que Marine Le Pen y était, elle aussi, opposée. "Donc vous n'êtes pas d’accord avec elle, vous êtes hypocrite et faux-cul", a-t-il lancé à son interlocuteur. Ce à quoi Eric Zemmour a répondu en assumant avoir des "accords et des désaccords" avec le parti d'extrême droite. "Je ne suis pas le porte-parole de Marine Le Pen", a-t-il en effet protesté. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les élections européennes 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter