"Elle est de mon côté, la honte ?" : Christine Angot revient sur son clash avec François Fillon

"Elle est de mon côté, la honte ?" : Christine Angot revient sur son clash avec François Fillon

MISE AU POINT - Après son face-à-face houleux et très commenté avec François Fillon jeudi dernier lors de l’"Emission politique" sur France 2, la romancière Christine Angot revient sur sa prestation dans les colonnes de "Libération" ce lundi. En se défendant de toute agressivité.

Son échange musclé avec François Fillon est déjà l’un des moments marquants de la campagne présidentielle. Largement repris et commentés sur les réseaux sociaux, les mots de l'écrivaine Christine Angot face au candidat Les Républicains lors de "l’Emission politique" de France 2 ont été jugés par certains,hors du cadre, trop agressifs, quand d’autres y ont vu le révélateur de la pensée d’une partie des Français. Dans le journal Libération de lundi, la romancière revient sur une séquence qui restera dans les mémoires. Avec une première mise au point, celle de trouver "dingue" que l’on puisse l’accuser d’avoir (involontairement) permis à l’ex-Premier ministre d’en sortir renforcé.

Suite aux nombreux commentaires lui ayant reproché son agressivité, Christine Angot se défend. "Moi agressive ? Ce qui était violent c'était la situation que je décrivais ! Pas moi. Allez voir les gens quand ils sont devant leur télé ! Ecoutez-les !", s’emporte-t-elle. Accusant Fillon de retourner la situation en s’en prenant à Hollande (et au supposé cabinet noir) plutôt que de s’expliquer, elle affirme que "beaucoup de gens ont l’impression d’être pris pour des imbéciles".

Toute l'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Lire aussi

Quand j’ai entendu quelqu’un crier 'c’est une honte', j’ai pensé 'ils sont gonflés, elle est de mon côté la honte ?'- Christine Angot

A propos des réactions qu’elle a suscitées dans le public de l’émission, la romancière à là-aussi son mot à dire : "Quand j’ai entendu quelqu’un crier 'c’est une honte', j’ai pensé 'Ils sont gonflés, elle est de mon côté la honte ?'", réagit-elle, avant d’expliquer avoir reçu de nombreux messages "qui (lui) disent 'vous avez parlé pour nous', et qui ne viennent pas seulement d’artistes, loin de là".

Si Christine Angot n’affiche aucun regret concernant son intervention, c’est parce qu’elle a le sentiment d'avoir joué le rôle de porte-parole du plus grand nombre. "C’est mon travail de traduire un sentiment collectif, et je crois que ça a soulagé des gens". De la même manière, elle réfute l’accusation formulée par François Fillon, qui estimait que son opposante ne respectait pas la présomption d’innocence. "De quel droit me condamnez-vous ?", lui avait-il asséné. "Bien sûr que Fillon a le droit à la présomption d’innocence", répond l’auteure, "mais les journalistes ont le droit d’enquêter et les gens ont le droit de penser. Même si ça le dérange". 

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 13 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.